Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




dimanche 22 novembre 2009

L'origine de l'expression OK

Malgré de nombreuses étymologies populaires, l'origine de ce terme ne fait plus débat. L'histoire de ce terme a fait l'objet d'une publication de A. W. Read dans The Saturday Review of Literature du 10 juin 1941 qui est attesté par Alain Rey (linguiste et lexicographe français, rédacteur en chef des publications des éditions Le Robert) dans le Dictionnaire historique de la langue française.

Il indique que la première apparition écrite connue de cette abréviation a été trouvée dans le journal de Boston (Massachusetts - USA), le “Morning Post”, daté du 23 mars 1839, dans un article qui parle d’une abréviation de “oll korrect”, une altération phonétique de “all correct” pour “tout va bien”, tout comme il y a eu auparavant “OW” pour “all right” transformé en “oll wright”. Ces sigles seraient le résultat d’un engouement pour les abréviations comiques qui se sont épanouies vers les années 1830-1840.
Il explique également que dès 1840, l’expression “O.K.” est popularisée lors de la campagne de réélection des démocrates à New York. Les partisans de Martin Van Buren créèrent le “Democratic OK Club” pour le soutenir. Cet “OK” jouait à la fois sur le sens bostonien précité de “O.K.” et sur l’abréviation de “Old Kinderhook”, le surnom de Martin Van Buren, venu de sa ville natale Kinderhook dans l’état de New York. Martin Van Buren perd les élections, mais l’abréviation lui subsiste, popularisée en fait surtout par les multiples utilisations qui en ont été faites par les anti-démocrates au cours de la campagne, telles “Out of Kash” (à court d’argent), “Out of Kredit”(sans aucun crédit) ou bien “Out of Klothes” (sans vêtements).

Cependant la popularité de l'expression OK est telle, qu'elle a suscité de nombreuses étymologies populaires, reconstructions a posteriori qui ne reposent sur aucune référence attestée. Ces spéculations intellectuelles relèvent d'avantage de rumeurs contemporaines et de légendes urbaines.
Voici les principales :
▪ Après une bataille navale, les marins britanniques inscrivaient sur la coque des bateaux le nombre de tués : 3K pour trois morts (3 killed), etc. Lorsqu'il n'y avait aucun mort, ils inscrivaient OK pour « 0 killed ». Une variante prétend que l'expression viendrait plutôt de la Guerre de Sécession, où les sudistes, annonçaient le nombre de morts après une bataille de la même manière. Dans le monde anglo-saxon, le zéro s'exprimant souvent de façon orale comme la lettre « O », le « 0 killed » aurait été prononcé « OK ».

▪ OK viendrait du grec moderne OLA KALA, une expression utilisée par les marins grecs et également par les poseurs de rails grecs aux États-Unis, qui apposaient les deux célèbres lettres sur les rails installés correctement voulant dire : tout va bien, tout bon.

▪ Certains prétendent qu'il vient du temps des colonisations et de l'esclavagisme chez les Français : une fois que les esclaves étaient chargés, leur « chef » leur disait « au quai » pour qu'ils apportent leur chargement sur le quai. L'expression aurait alors dérivé.

▪ Un chef d'entreprise américain, nommé Otto Kaiser, examinait chaque colis avant son expédition en cas d'accord, il y mettait ses initiales : OK. Une variante suppose qu'il s'agirait des initiales du contremaître contrôlant la qualité des véhicules en « bout » de la chaine de fabrication des usines Ford de Detroit, qu'il aurait appliqué sur les certificats de contrôle des véhicules, validant par la même la qualité du produit.

▪ Le mot « Okay » viendrait d'une anecdote entre La Fayette et George Washington : lors d'une conversation entre les deux officiers, La Fayette aurait eu soudainement le « hoquet ». Washington s'en serait inquiété, alors La Fayette lui eût dit : « Ce n'est rien, tout va bien, c'est le hoquet ! » Washington en aurait déduit que lorsque tout allait bien c'était « Okay » (hoquet) et ce mot aurait fait son chemin jusqu'à nos jours.

▪ O-K pourrait bien être aussi l'opposé de K-O, qui signifie Knocked-Out