Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




dimanche 15 novembre 2009

L'histoire du couteau suisse


Seules deux entreprises ont le droit à l'appellation couteau d'officier suisse : Victorinox et Wenger SA, la première ayant racheté la seconde en 2005.

L'histoire de Victorinox a débuté en 1884, à la création de l'entreprise Elseneur.
Après une période de compagnonnage (branche du mouvement ouvrier français) effectuée à Paris et à Tuttlingen (Sud de l'Allemagne), Karl Elsener ouvre son propre atelier de coutellerie à Ibach dans le canton de Schwytz. Son idée ? Un petit couteau léger et multifonctionnel composé de plusieurs lames montées sur deux ressorts.
Dès 1891, il obtient un premier contrat de fournisseur de l'armée suisse avec le "couteau du soldat". Peu après, Karl crée le fameux "couteau d'Officier". Ce modèle de couteau suisse révolutionnaire est déposé le 12 juin 1897.
En 1909, afin de se protéger des contrefaçons, le fondateur de l’entreprise crée le fameux écusson à la croix, devenu depuis l'emblème que portent tous les couteaux de poche Victorinox. Il rend hommage à sa mère défunte en donnant à la marque le nom de ’Victoria’. En 1921, l’invention de l’acier inoxydable (abréviation "inox") donne l’idée au fondateur de l’entreprise de fusionner le nom de la marque ’Victoria’ et le mot "inox", et donne ainsi naissance à la marque Victorinox.
Après la 2ème guerre mondiale, les américains surnomment ce couteau le "Swiss Army Knife". Une appellation qui s’impose dans toutes les régions anglophones.

Pour Wenger SA, la société est fondée en 1893 à Courtetelle sous le nom Paul Boéchat & Cie. En 1901, elle livre les premiers couteaux suisses pour l'armée.
En 1908, le directeur de l'époque Paul Wenger renomme en Wenger & Co S.A.
En avril 2005, l'entreprise est rachetée par son concurrent direct Victorinox.
En 2007, elle conclut un partenariat avec la société Alinghi et produit deux nouveaux couteaux dédiés au défi suisse de l'America's Cup.
En août 2007, les juges du Livre Guinness des records ont décerné au Giant knife 2007 le titre de « most multifunctional penknife », couteau « de poche » de Wenger doté de 87 outils et 141 fonctions, soit l’intégralité des fonctions disponible chez le coutelier.

Le couteau suisse est devenu très populaire, au point que son nom est passé dans le langage commun pour exprimer l'idée de la multifonctionnalité ou du côté ingénieux et pratique d'une chose, voire d'une idée ou de quelqu'un : « C'est un véritable couteau suisse. »
Le couteau suisse est associé au héros MacGyver de la série télévisée du même nom.
Pour l'anecdote, le modèle pour les militaires, contrairement au modèle pour le grand public, ne comporte pas de tire-bouchon.