Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




lundi 21 février 2011

L’origine du mot « Beauf »

Le beauf - mot d'argot français - est un stéréotype d'une personne vulgaire, inculte et bornée. Passé dans le langage familier, le personnage du "beauf" (comme abréviation de "beau-frère") présente une vision caricaturale de certaines formes de classe ouvrière, bourgeoisie ou petite bourgeoisie. 
Le "beauf de Cabu", représenté à l'origine comme un personnage bedonnant et moustachu, est conçu dans sa première version comme un archétype d'un certain type de patron de bistrot. Le personnage, dont le type physique approximatif est représenté par Cabu dès 1965, s'est par la suite développé au gré des conversations de l'équipe de Charlie-hebdo

Mon beauf Cabu
L'expression "mon beauf" a été créée par François Cavanna en imitant des conversations de bistrot : "Dans ces moments-là, je parlais tout le temps de mon beauf, comme ça, comme on dirait mon frangin (...). Le type avec lequel on regarde le foot à la télé, celui qui vient vous aider à repeindre la cuisine le dimanche, parce que le week-end d'avant, c'est vous qui êtes allé l'aider à bricoler sa voiture. Venant d'un milieu ouvrier, cela symbolisait pour moi les relents de pastis, la pétanque, la connerie morne". 
Cabu lui-même reprend l'idée dans ses dessins et fixe en 1975 le personnage de "Mon Beauf", auquel il prête les traits d'un cafetier connu naguère à Châlons-sur-Marne. 

La référence à la belle-famille dans le terme même de "beauf" est en soi un cliché humoristique, celle-ci étant souvent présentée comme porteuse de fréquentations désagréables et de tracas divers ; ses membres, comme le beau-frère ou la belle-mère, sont dépeints dans nombre de récits comiques (La Famille Illico, Un gars, une fille, Mon beau-père et moi, Mariage à la grecque, etc.) comme des personnes antipathiques, ou simplement envahissantes, dont on ne peut cependant se défaire.

Beurre Oeuf Fromage Guerre occupation
Il ne faut pas confondre avec le "BOF" (acronyme pour "beurre-œuf-fromage") qui est l'ancien sigle du commerce de produits alimentaires, du grossiste des Halles au détaillant crémier vendant donc du beurre, des œufs et du fromage. Son sens est devenu péjoratif en France, durant l'Occupation allemande avec les cartes de rationnement, très recherchées au marché noir. Par extension, BOF désigna une personne s'enrichissant grâce au marché noir pendant cette période. Le roman de Jean Dutourd Au bon beurre met en scène, sur ton satirique, les aventures d'un couple de BOF sous l'Occupation.