Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




mardi 30 novembre 2010

L'origine du nom de Yoda

Yoda est un personnage emblématique de la saga Star Wars imposant la sagesse et le respect auprès des maîtres Jedi.


Yoda Maître Jedi Star Wars
George Lucas, passionné de sanskrit, a repris un terme de cette langue pour nommer le personnage : Yoddha, en sanskrit, signifie "guerrier", et Yodea, en hébreu, signifie "celui qui sait".
Le mot Jedi viendrait, quant à lui, du japonais "jidaigeki" (films dont l'action se passe à l'époque médiévale japonaise). Cependant, compte tenu des nombreux emprunts de George Lucas au sanskrit pour les noms de ses personnages, une autre hypothèse soutient que Jedi viendrait du terme "Jethi", nom d'une famille de brahamnes qui auraient reçu leurs techniques martiales (lutte et vajramushti) de la divinité Krishna.


Les yeux de Yoda ont été repris sur ceux de Albert Einstein, pour, d'après Lucas, "lui donner un air intelligent et sage". Dans les épisodes de la première trilogie, Yoda s'appuie sur une canne, qui était en réalité pour le marionnettiste Frank Oz un moyen de le faire bouger.


Sa façon de parler est devenue mythique : elle utilise la syntaxe Objet, Sujet, Verbe, totalement à l'inverse de la plupart des langues indo-européennes, qui suivent la syntaxe Sujet, Verbe, Objet. Cependant, pour que certaines phrases restent compréhensibles, ce ne sont souvent que les auxiliaires qui sont déplacés. La formation des phrases est une résultante d'une figure stylistique appelée hyperbate.
Exemples :
"Le côté obscur de la Force, redouter tu dois."
"Quand neuf cents ans comme moi tu auras, moins en forme tu seras."
"En grand danger, vous êtes."
"T'aider, je puis."
"Bonnes relations avec les Wookies, j'entretiens."
"De débuter vient juste la guerre des clones."
"Ton père, il est."

lundi 29 novembre 2010

L'origine du mot "boycott"

Le boycott est le refus systématique, libre, volontaire et idéologique de consommer les produits ou services d'une entreprise ou d'une nation (comme le boycott des bus de Montgomery en 1955 à l'appel de Martin Luther King provoqua la fin de la discrimination raciale) mais aussi le refus de participation à une élections, un évènement, etc. (exemple, L’URSS entreprit le boycott des Jeux Olympiques de Los Angeles en 1984).


L'origine du terme vient du nom de Charles Cunningham Boycott (1832-1897). Cet Irlandais qui fut d'abord capitaine de l'armée britannique, démissionna pour devenir propriétaire terrien sur l'île d'Achill puis à Lough Mask dans le comté de Mayo. C'est dans ce comté que se passa l'évènement qui rendit son nom célèbre, puisque ce fut contre lui que fut lancé le premier "boycott" répertorié de l'histoire (même s'il ne fut pas appelé ainsi à l'époque).
Capitaine Boycott et sa famille récoltant leur champ
Durant l'été 1879 à l'appel de Charles Parnell, dirigeant de la ligue agraire, les fermiers se coordonnèrent afin d'obtenir de Charles Cunningham Boycott, leur riche propriétaire terrien qui les traitait très mal, de meilleures conditions de travail (les loyers étaient selon eux, trop élevés). Il subit un blocus de leur part qui alla jusqu'au sacrifice de la récolte, les mercenaires moissonneurs, protégés par l'armée britannique, étant arrivés trop tard.
Cette action très dure entraîna la ruine de Charles Cunningham Boycott.


Le mot boycottage fit son entrée en France en 1881, puis est devenu boycott récemment, comme dans le reste du monde francophone, à cause de la redondance du suffixe.

dimanche 28 novembre 2010

Pourquoi le club de Newcastle joue-t-il en noir et blanc ?

Le club, fondé sous le nom "Stanley" en novembre 1881, adopte en 1882 la dénomination "Newcastle East End" avant de devenir, en 1892, "Newcastle United FC". Ce dernier changement fait suite au rapprochement opéré entre "East End" et "West End" et permet au club d'évoluer à St James' Park.


Newcastle United 1969 Magpies
Le fameux maillot rayé noir et blanc n'est adopté qu'en 1904. Avant cette modification, Newcastle arborait un maillot rayé verticalement rouge et blanc et un short blanc. La raison de ce changement était de se singulariser vis à vis de ces nombreux clubs arborant les couleurs rouge et blanche, rendant certains matches problématiques en raison de la confusion entre les maillots. Le choix des couleurs noire et blanche aurait été inspiré par l'habit du frère Dalmatus Houtman, un religieux dominicain qui assistait régulièrement aux matchs.


Ils sont dès lors surnommés les Magpies (les pies), en raison de la couleur noire de l'oiseau, rappelant celles du club. L'autre surnom est "Toon" de la prononciation locale de Town, en référence au centre ville, là où est situé le stade St James' Park.

samedi 27 novembre 2010

Il existe quatre versions du tableau Le Cri d'Edvard Munch

Le Cri (Skrik, 1893) est un tableau expressionniste de l'artiste norvégien Edvard Munch. Il fait parti de la série La Frise de la Vie, que Munch a assemblée au tournant du siècle ; il traite d'une manière récurrente des thèmes de la vie, de l'amour, de la peur et de la mort. Cette oeuvre, symbolisant l'homme moderne emporté par une crise d'angoisse existentielle, est souvent considérée comme l'oeuvre la plus importante de l'artiste.


Le Cri Edvard Munch


Le paysage au fond est Oslo, vu depuis la colline. Selon Donald Olson, professeur d'astrophysique à l'université du Texas, ce coucher de soleil d'un rouge flamboyant, était vraisemblablement provoqué par les cendres émises lors de l'explosion du volcan Krakatoa en 1883.
Munch écrit : "Je me promenais sur un sentier avec deux amis — le soleil se couchait — tout d'un coup le ciel devint rouge sang — je m'arrêtai, fatigué, et m'appuyai sur une clôture — il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir et la ville — mes amis continuèrent, et j'y restai, tremblant d'anxiété — je sentais un cri infini qui se passait à travers l'univers".


Munch exécuta quatre versions du tableau, dont les plus fameuses sont une tempera* sur carton au musée Munch d'Oslo (de 83,5 cm de haut sur 66 cm de large), et une huile, tempera et pastel à la Galerie nationale d'Oslo (91 cm de haut sur 73,5 cm de large). Une troisième version appartient également au musée Munch, une quatrième figure dans une collection particulière appartenant au milliardaire norvégien Petter Olsen.


*procédé de peinture consistant à délayer des pigments en poudre dans de l'eau additionnée d'un agent liant tel le jaune d'oeuf

vendredi 26 novembre 2010

La légende de sainte Catherine d'Alexandrie

Catherine serait née vers 290 dans une famille noble d'Alexandrie, en Égypte. Dotée d'une grande intelligence, elle acquit rapidement des connaissances qui la placèrent au niveau des plus grands poètes et philosophes du moment. Une nuit, elle vit en songe le Christ et décida de lui consacrer sa vie, se considérant comme sa fiancée.
Martyre Sainte Catherine Alexandrie
Selon la mythologie chrétienne, l'empereur de Rome, Maximien était venu à Alexandrie pour y présider une grande fête païenne. La jeune fille saisit cette occasion pour tenter de l'amener à se convertir au christianisme, mais cela ne fit que soulever sa colère. Pour la mettre à l'épreuve, il lui imposa un débat philosophique avec cinquante savants, mais au grand dépit de l'empereur, elle réussit à les convertir. Maximien les fit exécuter et demanda Catherine en mariage. Suite à son refus, l'empereur ordonna alors de la faire torturer en usant d'une machine constituée de roues garnies de pointes. Par un miracle, les roues se brisèrent sur son corps, et les pointes aveuglèrent les bourreaux. Obstiné, l'empereur finit par la faire décapiter.


Monastère Sainte Catherine du Sinai
Quelques centaines d'années plus tard, des moines d'un monastère construit au pied du Mont Sinaï, découvrirent au sommet d'une montagne voisine le corps intact d'une belle jeune femme qui fut reconnu comme étant celui de sainte Catherine d'Alexandrie déposé là par des anges. C'est à l'occasion des Croisades que la légende se répandit dans tout l'Occident, créant le motif d'une grande dévotion qui inspira profondément les artistes qui représentaient la sainte avec une auréole tricolore : blanche pour la virginité, verte pour la connaissance et rouge pour le martyre. La roue de son supplice est très souvent représentée auprès d'elle.
Les moines du monastère Sainte-Catherine du Sinaï furent les gardiens du tombeau de la sainte. Les membres de l'Ordre de Sainte-Catherine du Sinaï eurent la tâche de défendre le tombeau et le monastère contre les ennemis du christianisme.


Sa fête est célébrée le 25 novembre et donne lieu à diverses célébrations populaires, dont celles des jeunes filles à marier de plus de 25 ans, appelées les catherinettes.
Des confréries de jeunes filles vénéraient la sainte et avaient le privilège de s'occuper de sa statue placée dans les églises, qu'elles coiffaient lors d'une cérémonie chaque 25 novembre. Cette opération était le privilège des jeunes femmes âgées de plus de 25 ans et encore célibataires. Ainsi l'expression "elle va coiffer sainte Catherine" signifiait que la jeune femme en question n'avait toujours pas trouvé de mari. Cette dernière pouvait alors implorer la sainte avec la prière suivante : "Sainte Catherine, aide-moi. Ne me laisse pas mourir célibataire. Un mari, sainte Catherine, un bon, sainte Catherine ; mais plutôt un que pas du tout".
Du fait des transformations sociales du statut de la femme et du mariage, cette coutume s'est progressivement perdue. Néanmoins, le jour de la Sainte Catherine, à Paris, les Catherinettes employées des maisons de couture sont généralement reçus à la Mairie et se voient souvent offrir des cadeaux par leur employeur, en plus du chapeau préparé par leurs collègues.

mercredi 24 novembre 2010

L'origine de l'hystérie

Le terme d'hystérie vient du médecin grec Hippocrate, qui inventa ce mot pour décrire une maladie qui avait déjà été étudiée par les Égyptiens. Le terme est dérivé du mot grec hystera, signifiant l'utérus. La maladie était donc intimement liée à l'utérus ; la théorie admise étant que celui-ci se déplaçait dans le corps, créant les symptômes.
Platon décrivait ainsi ses causes et ses manifestations dans Timée : "L'utérus est un animal qui désire engendrer des enfants. Lorsqu'il demeure stérile trop longtemps après la puberté, il devient inquiet et, s'avançant à travers le corps et coupant le passage à l'air, il gêne la respiration, provoque de grandes souffrances et toutes espèces de maladies".


Au Moyen Âge, les hystériques (sorcières, etc.) étaient considérées comme possédées par le diable et souvent brûlées.
Charles Le Pois fut le premier médecin à prétendre avoir localisé mentalement l'hystérie en 1618 et c'est Thomas Willis qui a le mieux défendu cette idée. Plus tard c'est le médecins Paul Briquet qui dénombra un cas d'hystérie masculine pour 20 cas d'hystérie féminine à la suite d'une étude publiée en 1855 et basée sur 430 patients. Notons qu'il prétendait que cette affection était absente chez les religieuses mais fréquentes chez les prostituées.


Hystérie - Charcot 1886
C'est ensuite le neurologue Charcot qui - tout en conservant l'idée d'une localisation cérébrale et à son corps défendant - promut l'idée d'une origine psychogène de l'affection en faisant apparaître et disparaître les symptômes par hypnose.
Ambroise-Auguste Liébeault et Bernheim de Nancy défendaient l'idée que l'hystérie était d'origine affective et émotive en promouvant le traitement par psychothérapie.
Enfin, ce sont les travaux que Sigmund Freud a réalisé avec Joseph Breuer qui l'ont mis sur les traces de la construction du modèle psychanalytique. Freud élabore les notions de psychonévrose de défense et de libido. Deux ans plus tard seront publiées les Études sur l'hystérie. Breuer n'était pas d'accord avec Freud sur le fait que toutes les hystériques avaient subi un traumatisme sexuel, la plupart du temps une séduction d'adulte, ou dans nos termes actuels un "abus". Il partageait par contre l'idée qu'un traumatisme vécu était à l'origine des troubles hystériques.


L'étude des causes et des facteurs de l'hystérie a donc beaucoup évolué en fonction des époques et des modes. L'hystérie reste encore très controversée.

mardi 23 novembre 2010

La signification du fusil d'assaut FAMAS

Le FA-MAS dont la dénomination officielle est souvent simplifiée en FAMAS, est un fusil d'assaut français et signifie "fusil d'assaut de la manufacture d'armes de Saint-Étienne".


Fusil d'assaut FAMAS


Conçu afin d'équiper l'armée française, le FA-MAS a été présenté pour la première fois en 1973 et commandé en 1979. Il était censé remplacer trois armes en service à l'époque : le fusil semi-automatique MAS Mle.49/56, le pistolet mitrailleur MAT 49 et le fusil mitrailleur MAC Mle.29.
La version initiale du FA-MAS, nommée F1, a été vendue à plus de 400.000 exemplaires aussi bien en France (Armée de terre) qu'à l'étranger (Djibouti, Gabon, Sénégal, les Émirats Arabes Unis, et pays partisans de l'unité de résistance).
La production du FA-MAS a cessé en 2000 avec la fermeture du site de la manufacture d'armes de Saint-Étienne.


Il fut surnommé "le clairon" par certains militaires français en raison de son aspect (faible longueur et poignée garde-main), bien que cette appellation non réglementaire soit aujourd'hui tombée en désuétude.

lundi 22 novembre 2010

L'origine des noms des Etats des États-Unis (2e partie)

Voici l'origine des noms des États des États-Unis, par ordre d'entrée dans l'Union :


Carte des Etats-Unis


Le nom de l'État Michigan vient d'une adaptation en langue française du mot ojibwé Mishigamaw, qui signifie "grande eau" ou "grand lac".


La Floride (en anglais Florida) a été nommée Pascua Florida par l'explorateur Ponce de Leon de Pâques en 1513 qui signifie "Fleur de Pâques".


Le nom Texas vient du caddo "tejas" qui signifie allié ou ami.


Iowa provient de la rivière Iowa, du nom de l'Iowa (ou Ioway) Indien qui est une tribu Sioux.


Le nom Wisconsin provient du mot indien Chippewa "Ouisconsin" qui signifierait lieu où il y a de l'herbe.


À l’origine, on désignait sous le nom de Californie un territoire bien plus vaste que l’État actuel. Certains pensent que le nom "California" est un dérivé du nom du paradis mythique de Calafia. Elle est présentée comme une terre difficile à atteindre où l'or abonde, habitée par des Amazones vivant dans des cavernes, et d’étranges animaux. D'autres suggèrent que le nom "California" aurait un rapport plus étroit avec les premiers colons espagnols qui, lorsqu'ils y arrivèrent par les régions du Sud, trouvèrent la contrée "chaude comme un four" (cali = chaud, fornia = four). Mais l’étymologie peut tout aussi bien être "caliente fornalia", signifiant "fourneau chaud" en espagnol, ou "cailla forant", "climat chaud", en latin. 


Le mot Minnesota vient de "mnisota", nom donné au fleuve Minnesota par les Dakotas, tribu Sioux. Mni (parfois mini, ou minne) peut être traduit comme l'eau. Mnisota est alors traduit comme l'eau de couleur de ciel.


L'origine du nom Oregon demeure inconnue et est sujette à de nombreuses controverses. Selon certains, le nom d'Oregon pourrait provenir de la déformation du mot français "ouragan". On le surnomme The Beaver State (l'État du Castor).


Le nom de l'État du Kansas vient du sioux Kansa (autre nom du peuple Kaw) qui signifie "peuple du vent du sud".


Le nom Nevada provient de la chaîne de montagnes Sierra Nevada (qui est aussi une chaîne de montagnes en Espagne). "Nevada" est la forme féminine espagnole de "couvert de neige."


Le Nebraska doit probablement son nom au nom amérindien servant à désigner la rivière Platte (une déformation du mot français plat par les anglais) qui coule dans cet état. 


Le Colorado provient du fleuve du même nom, de l’espagnol rio colorado, "rivière colorée", allusion à ses alluvions rougeâtres.


Les États du Dakota (du Nord et du Sud) viennent des tribus Dakotah.


Le nom Montana est basé sur le mot latin ou espagnol signifiant "montagne".


L'État de Washington a été nommé d'après George Washington, premier président des Etats-Unis.


Idaho est un mot inventé ! Le lobbyiste George M. Willing a présenté le nom de "Idaho" au Congrès pour un nouveau territoire autour de Pike's Peak, affirmant qu'il s'agissait d'une Shoshone, mot indien qui signifie "diamant des montagnes". Au moment où la supercherie a été découverte, le nom de Idaho était déjà en usage courant.


Le nom Wyoming provient du mot indien algonquin qui signifie "lieu de grande prairie".


Le nom Utah provient d'un mot indien Apache (yuttahih), qui signifie "celui qui est plus haut".


Le nom de l'État Oklahoma vient des mots choctaw "okla" et "huma", signifiant "peuple rouge". Le chef choctaw Allen Wright suggéra ce nom en 1866 pendant les négociations entre les Amérindiens et le Gouvernement fédéral des États-Unis sur le Territoire indien. L'expression "peuple rouge" désigne les Amérindiens comme un peuple unique. Oklahoma devint plus tard le nom de facto du Territoire de l'Oklahoma et fut approuvé officiellement en 1890, deux ans après que la région fut ouverte à la colonisation blanche.


Le nom Nouveau-Mexique a été donné par les espagnols aux terres situées au nord de la Grande rivière de Rio (la région supérieure du Rio Grande a été appelée Nuevo Mexique dès 1561). Le nom a été anglicisé et donné également aux terres cédées aux Etats-Unis par le Mexique après la guerre mexico-américaine. Le nom Mexique provient de la langue aztèque et signifie "lieu de Mexitli" (un dieu aztèque).


L'étymologie du nom Arizona n'est pas certaine. Certains historiens soutiennent une dérivation de la formule espagnole zona arida, raccourcie en arizona ; d'autres, comme Marshall Trimble, y voient l'expression basque aritz ona, signifiant "bon chêne" ; enfin, on trouve dans la langue uto-aztèque O'odham la phrase alĭ ṣonak, "petit printemps". Le nom Arizonac désignait au départ les alentours de la mine d'argent de Planchas de Plata, dans le Sonora ; plus tard, devenant Arizona, il s'étendit au territoire tout entier, avant de prendre son acception actuelle.


Alaska est la version russe du mot Aléoutiennes Alakshak, ce qui signifie "grande péninsule". Les Aléoutes sont des gens qui habitent les îles Aléoutiennes et l'ouest de l'Alaska, étroitement lié physiquement et culturellement à des Esquimaux.


Le nom Hawaii est peut-être basé sur le mot hawaïen Owhyhée (lexicalisé). Le capitaine James Cook découvre les îles en 1778 et les nomme les « îles Sandwich » (en l'honneur du comte de Sandwich). Ce nom a duré jusqu'à ce que le roi Kamehameha Ier, artisan de leur unité, fonde le royaume d'Hawaii en 1810.


Découvrir L'origine des noms des Etats américains (1ère partie)

L'origine des noms des États des États-Unis (1ère partie)

Voici l'origine des noms des États américains, par ordre d'entrée dans l'Union :


Carte des Etats-Unis


Le nom Delaware, provient de la rivière Delaware et de la baie, nommée en l'honneur de Sir Thomas West (Lord De La Warr), gouverneur de la colonie anglaise de Jamestown, en Virginie en 1610.


Le nom Pennsylvanie signifie "bois de Penn". Le Quaker William Penn a obtenu cette parcelle de terre du roi Charles II d'Angleterre en 1681 au titre de remboursement de la dette due à son père, l'amiral William Penn. À l'origine, Penn avait suggéré le nom de Sylvania (forêt) pour sa terre.


Le nom New Jersey provient de l'île anglo-normande de Jersey. Ce nom a été donné en l'honneur de Sir George Carteret, natif de Jersey, qui est l'un des deux hommes à qui la terre a été donnée.


Le nom Géorgie provient du nom du roi George II d'Angleterre (George Auguste, roi de Grande-Bretagne et d'Irlande 1683-1760).


Le nom Connecticut vient du mot Mohegan Quinnehtukqut qui veut dire "site de la longue rivière" ou "à côté de la grande rivière".


Le nom de Massachusetts vient du nom d'une tribu algonquienne, les Massachusetts. Celui-ci a été traduit comme "à la grande colline", "au lieu des grandes collines" ou encore "à la chaîne de colline" en référence aux Blue Hills et, en particulier, à la Great Blue Hill.


L'État du Maryland est baptisée en l'honneur d'Henriette-Marie de France, fille d'Henri IV et épouse du roi d'Angleterre Charles Ier.


Caroline (du Sud et du Nord) est tiré du nom latin Carolus (Charles), en l'honneur du roi Charles Ier d'Angleterre (qui a fait la concession de terres d'origine en 1629).


Le New Hampshire provient du comté du sud de l'Angleterre Hampshire. Il a été nommé ainsi par le capitaine John Mason.


Le nom Virginie vient de la reine vierge Elizabeth 1ère d'Angleterre. En effet, n'ayant jamais été mariée, on la surnomma "Queen Virgin" (la Reine Vierge).


Le nom New York a été donné en 1664 en l'honneur du frère du Roi Charles II d'Angleterre, le duc d'York, futur Jacques II, lorsque la région appelée Nouvelle-Amsterdam a été prise aux néerlandais.


La première mention du nom Rhode Island par écrit (Isola di Rhode) a été faite par l'explorateur Giovanni da Verrazano en 1524 (il fait référence à une île près de l'embouchure de la baie de Narragansett, qu'il compare à l'île de Rhodes en Méditerranée). Certains attribuent le nom à l'explorateur néerlandais Adriaen Block qui a nommé cette région Roode Eylandt, ce qui signifie "l’île rouge" en néerlandais en référence à l'argile rouge des côtes semblable à l'île grecque de Rhodes et c'est ce nom qui fut plus tard anglicisé en Rhode Island lorsque la région passa sous contrôle britannique.


Le Vermont, littéralement "vertes montagnes", prit son nom de son paysage : beaucoup des montagnes couvertes aux arbres à feuilles persistantes.


Le nom Kentucky est d'origine amérindienne et a été attribué à différentes langues indiennes, avec plusieurs significations possibles, y compris du mot iroquois "Ken-tah-ten", qui signifie terre de demain. Autres significations possibles : terres ; prairie ; canne à sucre et les terres de la Turquie, ou au sol sombre et sanglant.


Le nom de l'État du Tennessee provient du nom d'un village indien Cherokee appelé Tanasi.


Le nom Ohio provient du mot indien iroquois signifiant bonne rivière. Ce nom indien a ensuite été traduit par les Français comme la Belle-Rivière.


L'État de la Louisiane a été nommé par l'explorateur René Robert Cavelier de La Salle en 1682, lorsqu'il prit possession d'une terre longeant le fleuve Mississippi au nom du roi Louis XIV de France.


Indiana signifie terre des Indiens. Plusieurs tribus indiennes d'Amérique font partie importante de l'histoire de l'Indiana (les Miamis, Chippewa, Delawares, Érié, Shawnee, Iroquois, Kickapoo, Potowatomies, Mohican, Nanticoke, Huron et Mohegan).


Le nom de l'État Mississippi vient de l'indien qui signifie "grand fleuve".


Le nom de l'État Illinois vient de l'algonquin "guerriers, hommes courageux".


Les Alabama, une tribu Creek, qui résidait à proximité de la confluence entre la Coosa et la Tallapoosa sur la partie nord de la rivière Alabama, donnèrent leur nom à la rivière et à l'État. Le mot Alabama proviendrait de la langue Choctaw et fut plus tard adopté par la tribu Alabama comme nom.


Pour l’État du Maine, deux théories coexistent. Selon la première, il proviendrait d’un transfert du nom de la province française homonyme. Selon la seconde, durant l'époque coloniale, les marins se référaient à cette partie du continent comme "the Main [Land]" pour la distinguer des nombreuses îles qui bordent sa côte. En 2001, le parlement du Maine a adopté une résolution affirmant que la province a été nommée d'après le nom de la province française et a établi un jour franco-américain. Quoi qu'il en soit, le nom est officiel depuis 1665, date à laquelle les commissaires du roi ont ordonné que la "province du Maine" soit inscrite dans les registres officiels.


Le nom de l'État du Missouri provient du nom de la tribu apparentée aux sioux des Missouri, dont le nom en illinois, ouemessourita, signifie "ceux qui ont des canoës".


Le nom Arkansas est l'interprétation française d'un mot sioux: acansa, qui signifie " lieu en aval" .




Découvrir L'origine des noms des Etats américains (2e partie)

samedi 20 novembre 2010

La particularité du CV au Japon

Le curriculum vitæ (communément appelé CV) qui signifie "chemin de vie" ou encore "course de la vie" en latin, a pour rôle de détailler le parcours d'une personne. Il s'agit en général du parcours scolaire et professionnel qui fait état de la compétence d'un candidat pour un poste donné. Ce document constitue le point de jonction entre l'offre et la demande. Le CV peut également se prêter à d'autres usages comme celui de se présenter à un groupe mais son rôle se situe davantage au niveau de la recherche d'un emploi.


CV Japonais
Au Japon, la forme du CV est différente de celle du CV français ou anglo-saxon. Le CV japonais type est un formulaire de 4 pages que l'on se procure dans le commerce (papeterie) ou sur internet et que l'on remplit à la main. Les rubriques à compléter sont les suivantes: état civil, adresse, études suivies et formation, expériences professionnelles, hobbies, motivation du candidat. Les formulaires varient dans leur forme et dans certains cas il peut être fait mention de la profession des parents, du nombre de frères et sœurs et de son état de santé. Dans tous les cas, il est nécessaire de coller sa photo.
Toutefois, récemment, de nombreux candidats japonais présentent leur CV sous format informatique, de forme identique à celui manuscrit ou avec une mise en page se calquant sur le modèle utilisé en France.

vendredi 19 novembre 2010

L'origine de la barbe à papa

L'histoire de la barbe à papa débute en 1897, lorsque William Morrison et John C. Wharton, confiseurs de Nashville au Tennessee, inventent une machine pour réaliser une sorte de filage de sucre cristallisé qui, enroulée autour d’un bâton, forme la barbe à papa.


Emballage Barbe à papa Saint Louis 1904
Ils présentent leur Fairy Floss à l'exposition universelle de Saint-Louis de 1904 (aussi appelée Foire internationale de Saint-Louis). Il s'agit, à l'époque, de la plus importante foire jamais réalisée. Il y a 1.500 bâtiments interconnectés par 120 km de routes et de sentiers. Une visite complète mais rapide prend au moins une semaine.
Ils y remporteront un succès monstre. Malgré un prix de 25 cents l'unité, somme importante pour l'époque (c'était la moitié du prix d'admission à la foire), ils en vendront 68.655.


Affiche Exposition universelle Saint-Louis
De nombreux autres aliments sont mis pour la première fois à disposition du public à grande échelle. Parmi ceux-ci le cornet de crème à la glace, l'hamburger, le hot dog, le beurre de cacahuètes, le thé glacé et la boisson Dr Pepper.
La foire accueille également les Jeux olympiques d'été de 1904, les premiers jeux olympiques aux États-Unis. De nombreux athlètes européens ne viennent à cause de la distance et des coûts importants d'un tel voyage.

jeudi 18 novembre 2010

L'origine de l'expression "épater la galerie"

Salle de Jeu de paume au passage Cendrier
Les expressions "épater la galerie" ou "amuser la galerie" trouvent leur origine dans le jeu de paume, véritable passion française au XVe, XVIe et XVIIe siècle.
Les premières pratiques de ce jeu se faisaient en plein air, mais dès le XVIe siècle les terrains ses couvrirent d’un toit donnant naissance aux salles de Jeu de Paume (aussi appelés "tripots"). Les spectateurs observaient le jeu à partir de "galeries", allées couvertes ceinturant en partie la salle de jeu. Par métonymie, le terme évolua ; la galerie commença à désigner l’ensemble des spectateurs d’une compétition. "Épater la galerie" se disait donc lorsqu'un joueur réussissait un beau coup.


Sir Robert Dallington, maître d’école anglais, disait de la France en 1598 que c'était "un pays semé de jeux de paume, plus nombreux que les églises et des joueurs plus nombreux que les buveurs de bière en Angleterre".
Cette popularité explique pourquoi le Jeu de Paume a laissé autant d'expressions dans la langue française :
"Jeu de main, jeu de vilain" (voir article)
"Qui va à la chasse... perd sa place" qui vient de la formule de chasse (forme de gagne-terrain) pratiquée en longue paume. À la fin de cette phase de jeu, les joueurs changent de côtés de terrain et le serveur perd sa place favorable.
"Les enfants de la balle" - on nommait ainsi les paumiers (fabricants des balles).
"Prendre la balle au bond"
"Tomber à pic"
"Rester sur le carreau"
"Chassé-croisé" deux chasses posées, traversez! crie le marqueur ou le commissaire.


A la fin du XVIIe siècle, Louis XIV donne à ce sport le coup de grâce en délaissant totalement cette pratique. Par convention plus que par passion, il fait toutefois construire une salle de Jeu de Paume au château de Versailles qui sera bien utile aux Révolutionnaires quelques décennies plus tard.

mercredi 17 novembre 2010

L'affaire des démons de Loudun

L'affaire des démons de Loudun (aussi appelée affaire des possédées de Loudun) est une chasse aux sorcières lancée par le cardinal de Richelieu en 1632 dans la ville de Loudun, située dans le département de la Vienne et la région Poitou-Charentes.


Urbain Grandier
Urbain Grandier, curé de l’Église Saint-Pierre du marché et chanoine de l’Église Sainte-Croix de Loudun, avait acquis une réputation de séducteur. En 1632, quelques religieuses du couvent des Ursulines de la ville l’accusèrent de les avoir ensorcelées, en leur envoyant, entre autres, le démon Astaroth (démon, Grand-duc très puissant et trésorier des Enfers) pour les amener à commettre des actes impudiques avec lui.
On pense aujourd'hui que la mère supérieure, Soeur Jeanne des Anges, qui semble-t-il, était tombé amoureuse de lui, l'accusa d’avoir employé la magie noire pour la séduire. Les autres nonnes se mirent peu à peu à lancer des accusations du même genre. Grandier fut arrêté, interrogé et jugé par un tribunal ecclésiastique, qui l’acquitta.


Malheureusement pour lui, Urbain Grandier avait publié, quelques temps auparavant, un pamphlet violent contre Richelieu. En outre, il s'opposait fermement à la destruction des murailles de la ville qui abritait un grand nombre de protestants. La tolérance d'Urbain Grandier envers les protestants et ses critiques jouèrent en sa défaveur.
Un nouveau procès fut instruit sur la demande de Richelieu. Interrogées une deuxième fois, les nonnes (et jusqu’à la mère supérieure) ne répétèrent pas leurs accusations, mais cela ne changea rien au procès où tout était décidé d’avance.
Après avoir torturé Grandier, les juges (Laubardemont, Lactance, et Tranquille) produisirent des documents prétendument signés par le prêtre comme preuve qu’il avait passé un pacte diabolique.
Le 18 août 1634, Urbain Grandier fut condamné à mort, torturé et brûlé. Il jura toujours être innocent.


On procéda également à de nombreux exorcismes sur les soeurs. Ils durèrent plusieurs mois voir plusieurs années pour certaines. On chercha un pacte avec le Diable sur le corps même des soeurs qui furent pour cela mises à nu et rasées. On tenta de trouver une zone insensible sur leurs corps, preuve du contact avec la griffe du démon, en vain.

mardi 16 novembre 2010

Les débuts de la communication par la présidence de la République

Pendant les IIIe et IVe Républiques, la communication présidentielle auprès du grand public a longtemps été quasi inexistante et limitée essentiellement au support médiatique dominant de l'époque, la presse écrite.


Gaston Doumergue
Le premier à s'adresser aux Français à la radio (sur la station Radio Paris) fut un ancien président de la République devenu président du conseil, Gaston Doumergue, qui s'exprime pendant quinze minutes le 24 mars 1934 pour parler de son projet de révisions des lois constitutionnelles de 1875. L'Illustration consacre trois pages à cet évènement. Durant son passage à la tête du gouvernement en 1934, il prononce en tout huit discours radiodiffusés.


Albert Lebrun
Le premier chef de l'État en exercice à intervenir toujours sur ce support fut Albert Lebrun à l'occasion du cinquantenaire de la Statue de la Liberté, lors d'une émission en "duplex" organisée entre New York et Paris et diffusée tant aux États-Unis qu'en France le 28 octobre 1936, répondant au discours du président américain Franklin Delano Roosevelt.


Charles de Gaulle
C'est réellement Charles de Gaulle, souhaitant créer une relation particulière entre le chef de l'État et le peuple français, que l'utilisation des médias de masse par la présidence va se généraliser sous la Cinquième République. La communication gaullienne repose alors sur deux armes principales, minutées et orchestrées avec précision : les conférences de presse régulières (le général de Gaulle en réalise dix-sept durant ses dix ans passés à l'Élysée) et les allocutions radiodiffusées (il est ainsi le premier président à utiliser de manière massive tant la radio que la télévision, par le biais notamment du contrôle total de l'ORTF par l'État). À ce titre, il est l'initiateur, et cela dès le 28 décembre 1958 (avant même son investiture), de la tradition de la présentation à la Nation des voeux présidentiels pour la nouvelle année.
À partir de 1965, il crée également la pratique des entretiens accordés à un journaliste sélectionné (en l'occurrence Michel Droit, avec lequel il se prêtera à cet exercice à cinq reprises : trois les 13, 14 et 15 décembre 1965 durant l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle, un le 7 juin 1968 pour revenir sur les événements de mai et un le 10 avril 1969 en vue du référendum sur la réforme du Sénat et la régionalisation). Le premier président de la Cinquième République a ainsi réalisé en dix ans pas moins de 62 allocutions radiodiffusées.


L'utilisation de ces différents supports audiovisuels s'est par la suite particulièrement amplifiée et modifiée avec l'évolution des techniques et de la culture politique et en fonction de la personnalité des différents titulaires de la fonction.

lundi 15 novembre 2010

L'origine de "la pomme de la discorde"

Pomme de la discorde
Aux noces de Pélée et Thétis sur l'Olympe, tous les dieux sont invités excepté Éris, déesse de la Discorde. Pour se venger, elle jette dans l'assemblée une pomme d'or avec la mention : "Pour la plus belle". Trois déesses revendiquent alors le fruit, Héra, Athéna et Aphrodite. Afin de mettre un terme à la dispute, Zeus ordonne à Hermès d'emmener les déesses sur le mont Ida, à charge pour Pâris de désigner la gagnante. Le jeune homme accorde finalement le prix à Aphrodite (déesse de l'amour, des plaisirs et de la beauté), qui lui a promis l'amour d'Hélène.
Cette "pomme de discorde" se révélera fatale, puisque c'est elle qui provoquera indirectement la guerre de Troie.


Aujourd'hui, l'expression est restée un sujet de division entre des personnes qui étaient bien ensemble.


La déesse Éris a donné naissance au terme "éristique", l'art de la dispute et du débat.

dimanche 14 novembre 2010

L'origine du mot "cerf-volant"

Cerf-volant - gravure du XVIIIe siècle
L'étymologie du mot ne fait aujourd'hui plus de doute : d'après le Dictionnaire de l'Académie française et le Dictionnaire de la langue des XIXe et XXe siècles publié par le CNRS en 1977, le mot "cerf-volant" (1669) viendrait de serp-volante, serp étant un mot féminin en ancien français pour désigner un serpent. Le mot serp est d'origine méridionale. En occitan, cerf-volant se dit sèrp-volaira et désigne bien un serpent-volant. En breton (sarpant-nij), en wallon (dragon) mais aussi dans la plupart des langues d'Europe, on retrouve la même étymologie ou appellation pour le cerf-volant : "dragon" ou "serpent volant".


Lucane cerf-volant
Le mot serp ayant disparu de la langue française, il a été alors transcrit phonétiquement, mais de façon erronée, dans "cerf-volant", les mots sèrp et cerf se prononçant de la même façon. Cette transcription n'a pas de rapport avec le cerf, le mammifère, même s'il avait une symbolique très forte au Moyen Âge (et a été parfois même représenté ailé, à la manière d'un Pégase). Elle proviendrait par contre d'un rapprochement avec le nom commun du lucane (insecte coléoptère) appelé "cerf-volant" du fait que les grandes mandibules du mâle ont une forme qui ressemble à celle des bois d'un cerf. Quelques dictionnaires étymologiques anciens ont pu ainsi attribuer par erreur l'origine du nom du jouet cerf-volant à cet insecte.

samedi 13 novembre 2010

L'origine du mot "Néandertal"

L'homme de Néandertal est un représentant fossile du genre Homo qui a vécu en Europe et en Asie occidentale au Paléolithique moyen, entre environ 250.000 et 28.000 ans avant le présent.


Vallée de Neandertal
Le nom de "Néandertalien" est lié à celui de Neandertal, une petite vallée située sur les territoires des deux villes Erkrath et Mettmann, entre Düsseldorf et Wuppertal (Allemagne). 
Au mois d'août 1856, dans le cadre de l'exploitation d'une carrière, des ouvriers vidèrent une petite cavité de cette vallée, la grotte de Feldhofer. Ils y découvrirent des ossements et un fragment de crâne qu'ils remirent à Johann Carl Fuhlrott, instituteur d'Elberfeld, passionné d'histoire naturelle.
Par un heureux hasard, le toponyme Neandertal signifie "vallée de l'homme nouveau". Le nom de Neander avait été donné à cette vallée (tal en allemand) en l’honneur de Joachim Neumann (1650-1680), dit aussi Joachim Neander car, suivant un usage familial datant de son grand-père, il se faisait appeler par son patronyme traduit en grec.
Comme à l'époque le nom de la vallée s'écrivait encore "Neanderthal", l'homme qui y est découvert reçoit le nom latin de Neanderthalensis.


crâne de l'Homme de neandertal
Durant plus d'un siècle à compter de la découverte de l'homme de Néandertal, les hypothèses émises à son sujet ont reflété les préjugés du moment : longtemps considéré comme une sous-espèce au sein de l'espèce Homo sapiens, nommée par conséquent Homo sapiens neanderthalensis, il fut ensuite considéré par la majorité des auteurs comme une espèce indépendante nommée Homo neanderthalensis
En 2010, le séquençage partiel de l'ADN nucléaire néandertalien pourrait démontrer un métissage ancien entre les hommes de Néandertal et les humains anatomiquement modernes en Eurasie. Ces résultats remettent en question l'idée selon laquelle ces deux groupes correspondent à des espèces distinctes.
Cependant, il est encore considéré dans l'imagerie populaire comme un être simiesque, fruste, laid et attardé. Il est en fait plus robuste que l'Homo sapiens et son cerveau est légèrement plus volumineux en moyenne. Les progrès de l'archéologie préhistorique et de la paléoanthropologie depuis les années 1960 ont mis au jour un être d'une grande richesse culturelle.


De nombreux points sont encore à élucider, notamment concernant les causes de son extinction après 300.000 ans d'existence, vers 28.000 ans avant le présent.

vendredi 12 novembre 2010

Pourquoi qualifie-t-on une chapelle d'ardente ?

Une chapelle ardente (ou chapelle mortuaire) est un lieu spécialement aménagé pour accueillir le corps d'un défunt après sa mort, en attendant la cérémonie funéraire, afin que des personnes ayant des liens divers avec lui puissent lui rendre visite, lui rendre hommage, et le veiller.
Dans des situations de catastrophe, la chapelle ardente peut être une salle de grande dimension et héberger les dépouilles de plusieurs défunts.


La chapelle tire son qualificatif "d'ardente", des cierges qui sont utilisés pour l'éclairer ainsi que pour commémorer les défunts.

jeudi 11 novembre 2010

Comment fut choisi le soldat inconnu ?

En 1920, huit corps de soldats ayant servi sous l'uniforme français mais qui n'avaient pu être identifiés furent exhumés dans les huit régions où s'étaient déroulés les combats les plus meurtriers : en Flandres, en Artois, dans la Somme, en Île-de-France, au Chemin des Dames, en Champagne, à Verdun et en Lorraine.


Le 9 novembre de cette même année, les huit cercueils de chêne furent transférés à la citadelle de Verdun, dans un bunker où ils furent plusieurs fois changés de place pour préserver l'anonymat de la provenance de chacun d'entre eux.


Le lendemain, les cercueils furent placés sur deux colonnes de quatre dans une chapelle ardente dont la garde d'honneur fut confiée à une compagnie du 132e régiment d'infanterie. André Maginot, ministre des Pensions, s'avança vers un des jeunes soldats qui assurait la garde d'honneur, Auguste Thin, engagé volontaire de la classe 1919, fils d'un combattant disparu pendant la guerre, pupille de la nation. Il lui tendit un bouquet d'oeillets blancs et rouges, et lui exposa le principe de la désignation : le cercueil sur lequel ce jeune soldat allait poser ce bouquet serait transféré à Paris et inhumé sous l'arc de Triomphe.


Mise en tombeau du soldat inconnu
"Il me vint une pensée simple. J'appartiens au 6e corps. En additionnant les chiffres de mon régiment, le 132, c'est également le chiffre 6 que je retiens. Ma décision est prise : ce sera le 6e cercueil que je rencontrerai" raconta plus tard Auguste Thin.
Partant par la droite, Auguste Thin fit un tour, puis il longea les quatre cercueils de droite, tourna à gauche, passa devant le 5e et s'arrêta devant le 6e cercueil. Il déposa son bouquet et se figea au garde-à-vous.
Le cercueil du soldat inconnu quitta Verdun dans la foulée sous escorte militaire. Il fut transporté à Paris par train et veillé toute la nuit place Denfert-Rochereau. Le cercueil fit une entrée solennelle sous l'arc de Triomphe le 11 novembre 1920, mais ne fut mis en terre que le 28 janvier 1921.


Tombe du soldat inconnu
Suite à l'idée émise début 1921 par le sculpteur ariégeois Grégoire Calvet, puis en octobre 1923 par l'écrivain Gabriel Boissy, la flamme sacrée sous l'arc de Triomphe fut ainsi allumée pour la première fois le 11 novembre 1923 à 18 heures par André Maginot, ministre de la Guerre, tandis que les troupes du 5e régiment d'infanterie présentaient les armes et que la musique jouait la Marche funèbre de Chopin.
Elle est ravivée tous les soirs à 18 h 30.

mercredi 10 novembre 2010

L'origine des bonbons Fisherman's Friend

C'est en 1865, dans la ville de Fleetwood, sur la cote Nord Ouest de l'Angleterre que tout a commencé. Cette petite ville, véritable fief de l'industrie de la pêche, était le point de départ des pêcheurs qui s'en allaient pour de longues traversées dans les conditions rudes et froides de la mer du Nord. Mais ces conditions extrêmes les faisaient souffrir des bronches. Aussi, James Lofthouse, un jeune pharmacien habitant la ville, créa pour ces pêcheurs un sirop extrêmement fort contenant de la menthe et de l'eucalyptus. Ce remède extrêmement efficace contre les maux de gorges et bronches devint vite leur allié. Les pêcheurs lui donnèrent le nom de Fisherman's Friend, en français "Ami du pêcheur". 
Après quelques temps, James Lofthouse travailla à rendre ce sirop plus pratique à transporter dans les conditions extrêmes de la haute mer et inventa les pastilles Fisherman's Friend.


pastilles Fisherman friend
Aujourd'hui, les pastilles Fisherman's Friend sont distribuées dans plus de 100 pays dans le monde. Son centre de production est basé à Fleetwood et confectionne plusieurs millions de sachets par semaine. En France, les pastilles Fisherman's Friend sont d'abord arrivées dans les pharmacies, vers 1988. En 1992, la marque prend un tournant et décide de rendre ses pastilles accessibles à tous, en étendant sa distribution dans les hypermarchés et supermarchés.

mardi 9 novembre 2010

L'origine du mot "limoger"

Le verbe "limoger" est un terme d'origine militaire qui signifie se faire relever de son commandement. Par extension, il s'agit de destituer quelqu’un de ses fonctions, le renvoyer. On emploie généralement le terme "limoger" pour des personnes occupant un poste élevé.


Au début de la Première guerre mondiale, l’État-Major français comprend que la guerre, qui devait être conclue en quelques semaines, risque d'être plus longue que prévue. Il est incombé au général Joffre de préparer la France à une guerre longue et éprouvante. Il assigne alors à résidence de nombreux hauts gradés qui lui semblent incompétents.
Selon certaines sources, 150 à 200 officiers auraient été envoyés à Limoges pour les écarter du front des bataille, justifiant ainsi la naissance du terme "limoger" (ce qui était à l'époque un néologisme). Mais selon d'autres sources, seule une vingtaine d'officiers furent ainsi tenus de séjourner dans la 12e région, et pas nécessairement à Limoges même.

lundi 8 novembre 2010

L'origine de l'expression "être dans le coaltar"

Etre dans le coaltar (ou avoir la tête dans le coaltar) signifie être mal réveillé, être dans la confusion ou dans un engourdissement des facultés intellectuelles.


Le mot "coaltar" est apparu dans la langue française à la fin du XIXe siècle. Il est issu de l'anglais coal qui veut dire charbon et tar qui est du goudron.
Il s'agit d'un goudron, obtenu à partir de la distillation de la houille (contrairement au bitume, dérivé pétrolier). D'une substance de couleur noire, on s'en sert pour la couverture des routes ainsi que sur les coques en bois des bateaux pour les préserver du pourrissement et les rendre étanches.
L'expression trouve son origine de certains lieux publics ou hangars qui n'étaient pas bien ventilés et que les gens devenaient hagards à force de respirer les émanations toxiques du coaltar.


À propos d'ivresse, le linguiste Olivier Schopfer nous rapporte qu'il existait dans les années vingt un vin rouge du Bordelais qui était tellement capiteux que les vignerons l'avaient appelé "le coaltar".

dimanche 7 novembre 2010

Les origines de la rivalité PSG - OM

PSG OM
Chaque opposition entre le Paris Saint-Germain Football Club à l'Olympique de Marseille est appelée "Classique", sur le modèle du Clásico espagnol entre le Real Madrid et le FC Barcelone. Le PSG représente la capitale, Paris, tandis que l'OM représente la cité phocéenne, Marseille. En jouant sur les clichés, c'est un match Paris-Province, ou encore Nord-Sud. 
Ces rencontres deviennent importantes à la fin des années 1980. Des incidents violents entre supporters sont déjà signalés dès les années 1970, mais depuis le milieu des années 1980, les deux camps se radicalisent.


La première bâche (OM=SIDA) fait son apparition à Boulogne dès la fin des années 1980. Bernard Tapie, le président de l'OM, avoua qu'il avait entretenu cette rivalité afin de motiver son équipe en tête du championnat, notamment lors de la course au titre en 1989. Pour le match décisif au Vélodrome le 5 mai 1989, les supporters parisiens sont interdits de déplacement. Une victoire suffirait à l'une des deux équipes pour s'offrir le titre alors qu'il reste 3 journées à disputer. Le match est disputé, le PSG, emmené par son stratège Safet Susic se procure une énorme occasion par Amara Simba mais ce sont finalement les Olympiens qui s'imposent grâce à une frappe lointaine du spécialiste Franck Sauzée dans les arrêts de jeu. Cette victoire permet à l'OM de prendre un avantage qu'ils ne lâcheront plus.


Quand Canal+ prend le contrôle du club en 1991, la chaine joue sur les deux tableaux : apaisement des relations entre dirigeants, mais exploitation commerciale de cette rivalité en faisant de ces matchs de grands rendez-vous sportifs pour tout le football français à la place de l'opposition OM-Bordeaux, qui domine la scène sportive dans les années 1980.


PSG OM 1992
Le 20 décembre 1992, les deux clubs sont au sommet de leur art. Artur Jorge, l'entraineur parisien, tente un coup de poker et promet l'enfer aux Marseillais ("On va leur marcher dessus"). Bernard Tapie se sert de ses déclarations afin de motiver ses joueurs en affichant l'article dans les vestiaires des Phocéens. Le match est âpre et plus de cinquante fautes seront sifflées. L'OM tire son épingle du jeu et l'emporte 1-0 sur un but d'Allen Boksic.


Le 29 mai 1993, l'Olympique de Marseille est sur un nuage (vainqueurs trois jours plus tôt de la Ligue des Champions face au Milan AC) avant un match qui va une nouvelle fois décider du nom du Champion de France. Le PSG joue sans complexe et ouvre le score par Vincent Guérin. Les Marseillais se réveillent et s'imposent 3-1 avec notamment un but exceptionnel de Basile Boli. Des supporters parisiens en colère tireront des fusées de détresse en direction de la tribune Ganay pour manifester leur colère. Plusieurs personnes furent blessées. L'OM remportera le titre mais il lui sera finalement retiré après l'affaire VA-OM. Malgré plusieurs demandes, le titre 1993 ne sera jamais attribué ni à l'OM (déchu), ni au PSG (deuxième).


Ravanelli tombe dans la surface PSG OM
En novembre 1997, les deux clubs affichent de grosses ambitions pour cette saison et s'appuient sur deux grosses équipes. Jérôme Leroy répond à Xavier Gravelaine en première mi-temps. En seconde, Fabrizio Ravanelli s'effondre dans la surface de réparation et obtient un penalty, alors que le présumé fautif, Éric Rabésandratana, clame son innocence. Laurent Blanc transforme la sentence et l'OM remporte la victoire.


Le 4 mai 1999, l'OM joue le titre avec Bordeaux alors que le PSG, assuré du maintien, termine en roue libre une éprouvante saison qui lui aura coûté trois entraineurs et deux présidents. Une bagarre entre pensionnaires du Virage Auteuil et supporters marseillais éclate sur le terrain quelques heures avant le match. Les Olympiens commencent très fort et ouvrent le score par l'ancien parisien Florian Maurice sur un erreur de Bruno Carotti. Bordeaux mené dans le même-temps à Lens, l'OM se dirige tout droit vers le titre de Champion... sauf que Marco Simone égalise d'une frappe limpide des 20 mètres et fait exploser le Parc à l'aube des arrêtes de jeu. Bruno Rodriguez, deux minutes après, offrira une victoire de prestige aux supporters après une longue saison. Bordeaux gagne 4-2 à Lens, se retrouve en tête et terminera Champion. Des incidents éclateront dans les rues du XVIe arrondissement et les supporters marseillais saccageront les bus de la RATP qui leur furent affrétés. L'OM paiera une amende de 5 millions de francs.


Cette rivalité va se poursuivre dans les années 2000. À chaque rendez-vous entre ces deux clubs, d'importantes mesures de sécurité sont prises pour empêcher au maximum des affrontements entre les supporters des deux camps. De sérieux incidents se produisent encore régulièrement chez les supporters des deux camps. Le dernier exemple en date est la mort Yann, un membre du Kop de Boulogne, le 28 février 2010 à la suite du défaite du PSG 3 buts à 0.

Le 1er gagnant de la Loterie nationale française

Paul Bonhoure
Créée le 19 février 1933, la Loterie nationale a vite été populaire en France suite à la médiatisation de Paul Bonhoure, qui empocha la somme de 5.000.000 de francs lors de son premier tirage.
Échappant aux nombreuses sollicitations dont souffriront ses successeurs, ce coiffeur de Tarascon se rendit acquéreur d'une propriété de plus de cinquante hectares près de Beaucaire où s'écoula le reste de son existence.


Loterie - Gueules cassées
Les premiers billets se vendaient 100 francs et à partir de 1934, apparaissent des billets de Loterie nationale correspondant au 1/5e et 1/10e du billet entier (pour une valeur de 50 francs et 10 francs) qui portent le même numéro. Le système ouvre la loterie à une plus large clientèle et à de nombreuses associations qui se lancent dans le métier d'émetteur comme les Gueules cassées dès 1935 (survivants de la Première guerre mondiale ayant subi une ou plusieurs blessures au combat et affectés par des séquelles physiques graves).

samedi 6 novembre 2010

L'origine du mot "avatar"

Vishnu
Le mot avatar (du sanskrit avâtara) désigne, dans la religion hindoue, chacune des dix incarnations de Vishnou :
- Matsya, le poisson
- Kurma, la tortue
- Varâha, le sanglier
- Narasimha, l'homme-lion
- Vamana, le nain
- Parashurama
- Râma
- Krishna (signifiant "obscurité" ou "noir")
- Siddhartha Gautama, Bouddha ou Balarâma selon les versions
- Kalkî ("temps" ; c'est l'incarnation du "à venir").


Depuis la fin du XIXe siècle, ce terme s'emploie au sens figuré. Il ne représente plus seulement les incarnations du dieu hindou mais fait référence à des notions de changement ou de transformation.


Au pluriel, il est devenu, à tort, dans la langue moderne, surtout dans l'usage oral, synonyme de mésaventure, de malheur ou d'avarie.


Enfin, un avatar fait aujourd'hui référence à un personnage représentant un utilisateur sur internet et dans les jeux vidéo.

jeudi 4 novembre 2010

L'ancienne signification du mot Congrès

Au Moyen Age, et jusqu'au début du XVIIIe siècle, le congrès était une épreuve judiciaire, généralement demandée par l'épouse et ordonnée en justice, que devait subir son mari dans le but de prouver son impuissance sexuelle en vue d'une annulation de mariage ou d'un divorce. 
Les époux étaient réunis dans un lit clos selon l'usage de ces époques, en présence des juges, officiels, conseillers, avocats, greffiers, médecins experts judiciaire, et il s'agissait pour la Cour d'être témoins de l'impossibilité de la conjonction entre les époux. Cette procédure a été progressivement abandonnée comme n'étant pas fiable, des époux qui avaient été impressionnés par la solennité du dispositif judiciaires, s'étant avérés féconds après un remariage.


Aujourd'hui, le terme s'emploie pour désigner une réunion solennelle ou une assemblée de personnes compétentes pour débattre d'une question.
On donne aussi le nom de "Congrès", l'ensemble des chambres "hautes" et "basses" d'un parlement. Par exemple, le Congrès du Parlement français est une réunion plénière et ponctuelle des membres de l'Assemblée nationale et du Sénat, destinée à faire voter une révision de la constitution ou la ratification d'un traité, ou encore à écouter une proclamation du Président de la République.

mercredi 3 novembre 2010

Qu'est ce que la théorie des dominos

La théorie des dominos est une théorie géopolitique américaine énoncée au XXe siècle, selon laquelle le basculement idéologique d'un pays en faveur du communisme serait suivi du même changement dans les pays voisins selon un effet domino.


Selon cette théorie, il fallait éviter le basculement vers le communisme de tel ou tel pays, car les pays voisins basculeraient à leur tour. Elle justifia l'intervention militaire au Viêt Nam (guerre du Viêt Nam) pour prévenir une future domination communiste du sud-est asiatique. Cette intervention se fit dans le cadre de la doctrine Truman qui reposait sur une offre d'assistance militaire et financière de la part des États-Unis, s'adressant aux pays décidés à s'opposer aux pressions communistes.
Les partisans de la théorie des dominos affirment que la crainte des Etats-Unis s'est partiellement réalisée, puisque la chute du Sud-Vietnam en 1975 a effectivement accompagné et/ou entraîné celle du Cambodge et du Laos.


Les adversaires de cette théorie soutiennent quant à eux que le bloc communiste n'était pas monolithique et que certains régimes ou partis communistes étaient entre eux en conflit ouvert : c'est ainsi qu'une véritable guerre a opposé le Vietnam et le Cambodge dès 1977, puis le Vietnam et la Chine en 1979. Ils soulignent également la motivation nationaliste et pas seulement communiste des protagonistes et qualifient souvent la théorie de simple propagande. Selon ces critiques, la chute des pays voisins du Vietnam s'explique par l'instabilité provoquée par la guerre du Vietnam.


Cette théorie a été reprise, en sens inverse, pour qualifier l'objectif de refonte démocratique du "Grand Moyen-Orient". Peu avant la Guerre en Irak, l'idée défendue par les intellectuels néo-conservateurs d'une démocratisation du Proche-Orient qui commencerait par l'Irak puis s'étendrait à toute la région a été comparée par des hommes politiques français ou par des médias à une nouvelle théorie des dominos. Selon les néoconservateurs, l'implantation de la démocratie dans un pays provoquera le même changement dans les pays voisins, jusqu'à la disparition des régimes autoritaires.