Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




mercredi 17 novembre 2010

L'affaire des démons de Loudun

L'affaire des démons de Loudun (aussi appelée affaire des possédées de Loudun) est une chasse aux sorcières lancée par le cardinal de Richelieu en 1632 dans la ville de Loudun, située dans le département de la Vienne et la région Poitou-Charentes.


Urbain Grandier
Urbain Grandier, curé de l’Église Saint-Pierre du marché et chanoine de l’Église Sainte-Croix de Loudun, avait acquis une réputation de séducteur. En 1632, quelques religieuses du couvent des Ursulines de la ville l’accusèrent de les avoir ensorcelées, en leur envoyant, entre autres, le démon Astaroth (démon, Grand-duc très puissant et trésorier des Enfers) pour les amener à commettre des actes impudiques avec lui.
On pense aujourd'hui que la mère supérieure, Soeur Jeanne des Anges, qui semble-t-il, était tombé amoureuse de lui, l'accusa d’avoir employé la magie noire pour la séduire. Les autres nonnes se mirent peu à peu à lancer des accusations du même genre. Grandier fut arrêté, interrogé et jugé par un tribunal ecclésiastique, qui l’acquitta.


Malheureusement pour lui, Urbain Grandier avait publié, quelques temps auparavant, un pamphlet violent contre Richelieu. En outre, il s'opposait fermement à la destruction des murailles de la ville qui abritait un grand nombre de protestants. La tolérance d'Urbain Grandier envers les protestants et ses critiques jouèrent en sa défaveur.
Un nouveau procès fut instruit sur la demande de Richelieu. Interrogées une deuxième fois, les nonnes (et jusqu’à la mère supérieure) ne répétèrent pas leurs accusations, mais cela ne changea rien au procès où tout était décidé d’avance.
Après avoir torturé Grandier, les juges (Laubardemont, Lactance, et Tranquille) produisirent des documents prétendument signés par le prêtre comme preuve qu’il avait passé un pacte diabolique.
Le 18 août 1634, Urbain Grandier fut condamné à mort, torturé et brûlé. Il jura toujours être innocent.


On procéda également à de nombreux exorcismes sur les soeurs. Ils durèrent plusieurs mois voir plusieurs années pour certaines. On chercha un pacte avec le Diable sur le corps même des soeurs qui furent pour cela mises à nu et rasées. On tenta de trouver une zone insensible sur leurs corps, preuve du contact avec la griffe du démon, en vain.