Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




dimanche 7 novembre 2010

Les origines de la rivalité PSG - OM

PSG OM
Chaque opposition entre le Paris Saint-Germain Football Club à l'Olympique de Marseille est appelée "Classique", sur le modèle du Clásico espagnol entre le Real Madrid et le FC Barcelone. Le PSG représente la capitale, Paris, tandis que l'OM représente la cité phocéenne, Marseille. En jouant sur les clichés, c'est un match Paris-Province, ou encore Nord-Sud. 
Ces rencontres deviennent importantes à la fin des années 1980. Des incidents violents entre supporters sont déjà signalés dès les années 1970, mais depuis le milieu des années 1980, les deux camps se radicalisent.


La première bâche (OM=SIDA) fait son apparition à Boulogne dès la fin des années 1980. Bernard Tapie, le président de l'OM, avoua qu'il avait entretenu cette rivalité afin de motiver son équipe en tête du championnat, notamment lors de la course au titre en 1989. Pour le match décisif au Vélodrome le 5 mai 1989, les supporters parisiens sont interdits de déplacement. Une victoire suffirait à l'une des deux équipes pour s'offrir le titre alors qu'il reste 3 journées à disputer. Le match est disputé, le PSG, emmené par son stratège Safet Susic se procure une énorme occasion par Amara Simba mais ce sont finalement les Olympiens qui s'imposent grâce à une frappe lointaine du spécialiste Franck Sauzée dans les arrêts de jeu. Cette victoire permet à l'OM de prendre un avantage qu'ils ne lâcheront plus.


Quand Canal+ prend le contrôle du club en 1991, la chaine joue sur les deux tableaux : apaisement des relations entre dirigeants, mais exploitation commerciale de cette rivalité en faisant de ces matchs de grands rendez-vous sportifs pour tout le football français à la place de l'opposition OM-Bordeaux, qui domine la scène sportive dans les années 1980.


PSG OM 1992
Le 20 décembre 1992, les deux clubs sont au sommet de leur art. Artur Jorge, l'entraineur parisien, tente un coup de poker et promet l'enfer aux Marseillais ("On va leur marcher dessus"). Bernard Tapie se sert de ses déclarations afin de motiver ses joueurs en affichant l'article dans les vestiaires des Phocéens. Le match est âpre et plus de cinquante fautes seront sifflées. L'OM tire son épingle du jeu et l'emporte 1-0 sur un but d'Allen Boksic.


Le 29 mai 1993, l'Olympique de Marseille est sur un nuage (vainqueurs trois jours plus tôt de la Ligue des Champions face au Milan AC) avant un match qui va une nouvelle fois décider du nom du Champion de France. Le PSG joue sans complexe et ouvre le score par Vincent Guérin. Les Marseillais se réveillent et s'imposent 3-1 avec notamment un but exceptionnel de Basile Boli. Des supporters parisiens en colère tireront des fusées de détresse en direction de la tribune Ganay pour manifester leur colère. Plusieurs personnes furent blessées. L'OM remportera le titre mais il lui sera finalement retiré après l'affaire VA-OM. Malgré plusieurs demandes, le titre 1993 ne sera jamais attribué ni à l'OM (déchu), ni au PSG (deuxième).


Ravanelli tombe dans la surface PSG OM
En novembre 1997, les deux clubs affichent de grosses ambitions pour cette saison et s'appuient sur deux grosses équipes. Jérôme Leroy répond à Xavier Gravelaine en première mi-temps. En seconde, Fabrizio Ravanelli s'effondre dans la surface de réparation et obtient un penalty, alors que le présumé fautif, Éric Rabésandratana, clame son innocence. Laurent Blanc transforme la sentence et l'OM remporte la victoire.


Le 4 mai 1999, l'OM joue le titre avec Bordeaux alors que le PSG, assuré du maintien, termine en roue libre une éprouvante saison qui lui aura coûté trois entraineurs et deux présidents. Une bagarre entre pensionnaires du Virage Auteuil et supporters marseillais éclate sur le terrain quelques heures avant le match. Les Olympiens commencent très fort et ouvrent le score par l'ancien parisien Florian Maurice sur un erreur de Bruno Carotti. Bordeaux mené dans le même-temps à Lens, l'OM se dirige tout droit vers le titre de Champion... sauf que Marco Simone égalise d'une frappe limpide des 20 mètres et fait exploser le Parc à l'aube des arrêtes de jeu. Bruno Rodriguez, deux minutes après, offrira une victoire de prestige aux supporters après une longue saison. Bordeaux gagne 4-2 à Lens, se retrouve en tête et terminera Champion. Des incidents éclateront dans les rues du XVIe arrondissement et les supporters marseillais saccageront les bus de la RATP qui leur furent affrétés. L'OM paiera une amende de 5 millions de francs.


Cette rivalité va se poursuivre dans les années 2000. À chaque rendez-vous entre ces deux clubs, d'importantes mesures de sécurité sont prises pour empêcher au maximum des affrontements entre les supporters des deux camps. De sérieux incidents se produisent encore régulièrement chez les supporters des deux camps. Le dernier exemple en date est la mort Yann, un membre du Kop de Boulogne, le 28 février 2010 à la suite du défaite du PSG 3 buts à 0.