Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




mercredi 19 mai 2010

Qu’est ce que l’effet Bradley

L'effet Bradley (en anglais Bradley effect), quelquefois aussi appelé l'effet Wilder, est le nom donné aux États-Unis au décalage souvent observé entre les sondages électoraux et les résultats des élections américaines quand un candidat blanc est opposé à un candidat non blanc (noir, hispanique ou autres).


Tom Bradley
Le nom vient de celui de Tom Bradley, un Afro-américain qui perdit l'élection de 1982 au poste de gouverneur de Californie, à la surprise générale, alors qu'il était largement en tête dans tous les sondages. En se fondant sur les sondages de sortie des urnes, un certain nombre de médias ont prédit la victoire de Bradley au point que les premières éditions du San Francisco Chronicle du lendemain présentait en manchette un titre qui proclamait : "Bradley : victoire en vue." Malgré tout, Bradley a perdu de peu.


Un comportement analogue des électeurs fut remarqué en 1989 dans l'élection au poste de gouverneur de Virginie où se présentaient un candidat démocrate, L. Douglas Wilder qui était afro-américain, et le républicain Marshall Coleman qui était blanc. Wilder a fini par l'emporter, mais de moins d'un demi pour cent, alors que les sondages préélectoraux lui donnaient en moyenne une avance de 9 pour cent.
Après l'élection au poste de gouverneur de Virginie en 1989, "l'effet Bradley" a été parfois appelé "l'effet Wilder". Les deux termes sont encore utilisés, et on dit parfois mais moins fréquemment "effet Dinkins" en référence à l'élection de David Dinkins comme maire de New York en 1989 contre Rudy Giuliani.


Une des théories pour expliquer l'effet Bradley est que certains électeurs donnent une réponse fausse lors des sondages, de peur qu'en déclarant leur réelle préférence, ils ne prêtent le flanc à la critique d'une motivation raciale de leur vote. Cet effet est similaire à celui d'une personne refusant de discuter de son choix électoral. Si la personne déclare qu'elle est indécise, elle peut ainsi éviter d'être forcée à entrer dans une discussion politique avec une personne partisane. La réticence à donner une réponse exacte s'étend parfois jusqu'aux sondages dits de sortie de bureau de vote. La façon dont les sondeurs conduisent l'interview peut être un déterminant dans la réponse du sondé.


Pour l'élection présidentielle américaine de 2008, certains analystes estimaient que l'effet Bradley pouvait faire perdre 6 points à Barack Obama entre son pourcentage dans les sondages et celui de l'élection, d'autres le considérant comme une légende sociologique. Au final Obama a largement remporté l'élection.