Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




vendredi 7 mai 2010

L’origine de Bison Futé

A partir des années 1950, beaucoup de foyers français s'équipent d'une automobile et les parisiens prennent l'habitude de quitter la capitale en voiture le week-end. Le dimanche soir, les retours sont marqués par l'apparition des premiers encombrements récurrents.


En 1960, la Gendarmerie de Seine-et-Marne adopte un dispositif, encore inédit à l'époque, de surveillance par axe. Placé au carrefour de l'obélisque en forêt de Fontainebleau où se croisent la RN6 et la RN72 (23 km au sud-est de Paris), lieu "stratégique" des embouteillages, un "PC avancé" est implanté dont le rôle est de renseigner et aider les usagers. Il s'agit là de la première structure dédiée à l'information de l'usager sur les conditions de circulation.
En 1966 le dispositif est généralisé à l'ensemble du territoire et le Centre d'information routière de la Gendarmerie est créé au Fort de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Dans les médias et pour le grand public il est plus connu sous le nom de "PC de Rosny".
Les infrastructures se développent rapidement ; en 1967 la France compte 1.000 km d'autoroutes (5.000 km en 1981, presque 11.000 en 2009).


Le samedi 2 août 1975, 600 km de bouchons cumulés sont enregistrés. La RN10 qui relie Paris et la frontière espagnole près de Bayonne est saturée sur un quart de sa longueur. Dans les médias, cette situation est abondamment commentée et la pression sur les pouvoirs publics est grande.
Il est important pour eux d'éviter qu'un tel évènement se reproduise. Trois leviers sont identifiés :
- l'étalement dans le temps des déplacements
- le renforcement des itinéraires Bis
- la communication vers l'usager


Bison Futé
Dès l'été 1976, des mesures sont mis en places : 600.000 cartes de France sont éditées qui décrivent les 3.500 kilomètres d'itinéraires bis et 18 aires d'accueil sont aménagées sur les axes les plus chargés à hauteur des difficultés prévisibles. Les médias relaient les conseils. 64 quotidiens nationaux et régionaux publient les heures de départ à éviter en fonction des régions.
Pour le public cette campagne se matérialise par l'apparition d'un personnage créé par le publicitaire Daniel Robert : Bison Futé (il est l’inventeur de formules chocs : "Un verre ça va, trois verres, bonjour les dégâts !" ; "Tu t'es vu, quand t'as bu ?" ou encore "BNP : pour parler franchement, votre argent m'intéresse.").


Avec 30 % d'encombrements de moins que l'année précédente l'opération est un succès. Elle est pérennisée.