Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




dimanche 28 février 2010

Le « Miracle sur glace »

En 1980, lors des XIIIe Jeux olympiques d'hiver à Lake Placid (aux États-Unis), le tournoi de hockey va voir l'improbable victoire des États-Unis sur les Soviétiques lors des demi-finales.
Ce match sera par la suite désigné par le terme de "Miracle sur glace".

Tous les pronostics plaidaient en la faveur de l’équipe soviétique à la conquête d’un cinquième titre olympique consécutif : l’entraîneur Viktor Tikhonov dirigeait plusieurs joueurs de légende tels Boris Mikhailov, Alexander Maltsev, Vladimir Petrov, Valeri Kharlamov et le gardien Vladislav Tretiak, sans oublier les jeunes talents Viacheslav Fetisov et Sergueï Makarov.
L’équipe soviétique s’appuyait sur des joueurs expérimentés à l'inverse de l’équipe américaine formée des meilleurs joueurs universitaires, encore jeunes et inexpérimentés (l’entraîneur Herb Brooks choisissant des amateurs en lieu et place des joueurs professionnels de la Ligue nationale de hockey inéligibles).

Une semaine avant le début du tournoi, un match préparatoire fut organisé au Madison Square Garden de New York, le score fut sans appel et les États-Unis reçurent une véritable correction par les Soviétiques, s’inclinant 10 à 3.

Dans une patinoire naturellement acquise à la cause des Américains, les joueurs soviétiques ouvrent rapidement le score - Krutov détourne un tir d'Alexeï Kasatonov, hors de portée du gardien américain Jim Craig. Les Américains parviennent à égaliser par l’intermédiaire de Buzz Schneider mais les Soviétiques reprennent l’avance par Makarov. À une seconde de la fin de la première période sur un tir lointain de Christian, mal dégagé par Tretiak, Johnson parvient à recoller au score.
Au début de la deuxième période, l’entraîneur russe Tikhonov prend la décision de remplacer Tretiak par Vladimir Mychkine et Maltsev redonne l’avantage à l’URSS. Les jeunes Américains réussissent une nouvelle fois à revenir par l’intermédiaire de Johnson en début de la troisième période. Enfin, à dix minutes de la fin du match, le capitaine américain Mike Eruzione réussit à tromper la vigilance du gardien soviétique pour donner l’avantage aux Américains pour la première fois. Les Américains remportent le match grâce à une performance extraordinaire du gardien de but Jim Craig et créent l'exploit.

Deux jours plus tard, les États-Unis réussissent à battre la Finlande 4 à 2 pour remporter leur seconde médaille d'or Olympique de leur histoire.
À l'occasion de son centenaire (1908 - 2008), la Fédération Internationale de hockey a sacré le "Miracle sur la glace" comme l'événement numéro un de son histoire.