Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




samedi 13 février 2010

L'origine du relais de la flamme olympique

La flamme olympique a brûlé pour la première fois lors des Jeux olympiques d'été de 1928, à Amsterdam. Il n'y avait pas encore de relais pour porter la torche.
Sur une idée de Carl Diem, retenue par Joseph Goebbels, le premier relais avec la torche a eu lieu lors des Jeux olympiques d'été de 1936 à Berlin. Ce fait historique entraîne occasionnellement des controverses sur le bien fondé de cette pratique, car elle fut décidée à l'origine pour participer à la glorification du Troisième Reich. Depuis, le relais et l'allumage de la flamme ont eu lieu à chaque Jeux olympiques.

Le long passage de la flamme olympique est aussi parfois l'occasion de manifestations politiques ou sociales dirigées contre le pays organisateur. Ainsi, le passage de la flamme à Istanbul, Londres, Paris, San Francisco... en 2008 fut le prétexte de manifestations pour les droits de la personne concernant la controverse tibétaine.
Similairement, le passage de la flamme olympique des jeux de 2010 à Vancouver fut le prétexte de manifestations pour les droits de la personne concernant la situation des peuples autochtones au Canada.

La flamme des Jeux Olympiques d'Hiver a été allumée pour la première fois en 1952. À cette occasion, la flamme a été allumée dans la maison de Sondre Norheim, pionnier norvégien des sports d'hiver. Ainsi, depuis 1952, tous les 4 ans, puis tous les 2 ans, la flamme est allumée à Olympie au cours d'une cérémonie par des femmes vêtues de tuniques similaires à celles portées par les Grecs de l'Antiquité grâce à l'énergie solaire puis transportée de ville en ville jusqu'à la cérémonie d'ouverture.

À quelques rares occasions, la flamme olympique s'est éteinte de façon fortuite ou provoquée. Elle fut à chaque fois rallumée par la flamme de secours règlementaire, issue d'Olympie :
En 1976, à Montréal, un orage violent éteignit la flamme pendant le déroulement des jeux, quelques jours après l'ouverture. La flamme fut d'abord rallumée par un organisateur présent, à l'aide d'un simple briquet. Elle fut ensuite éteinte volontairement afin d'être correctement rallumée par la flamme de secours règlementaire.
En 2004, au Stade panathénaïque un vent violent éteignit la flamme alors que Yánna Angelopoúlou-Daskaláki membre du Comité d'organisation, tentait de l'allumer pour le départ nocturne d'un grand relais de 78 000 kilomètres.
En 2008, à Paris, la torche fut volontairement éteinte à trois ou cinq reprises par les organisateurs chinois des Jeux olympiques, à cause de manifestations de protestation pour les droits de l'Homme en Chine. Par contre, la flamme est restée allumée à l'abri dans sa cage transportée par bus.