Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




jeudi 18 février 2010

L’origine du mot Grève


Le mot français "grève" tire son nom de la place de Grève à Paris (actuelle place de l’Hôtel-de-Ville).
Située en bord de Seine, cette place fut nommée ainsi en raison de la nature même du site, la grève étant un espace d'échouage en bord de mer ou d'un cours d'eau fait de sable et de gravier.

Ce terrain plat d'où il était facile de décharger des marchandises, se transforma rapidement en port (qui deviendra par la suite le plus important de Paris) : le bois, le blé, le vin, le foin y sont déchargés, facilitant ainsi l’installation d’un marché. C’est autour de ce port que va ainsi se développer sur la rive droite, un quartier très dense. L'Hôtel de Ville ne va pas tarder à s'y installer, devant laquelle s'étendait la "place de Grève" (un quart plus petite que l'actuelle place de l'Hôtel de Ville).

Les ouvriers sans travail vont prendre l'habitude de s'y regrouper à l'aube à la recherche d'un employeur. Il s'agissait d'une main-d'œuvre sous-qualifiée et instable qui échappait au système des métiers réglés. Ainsi, la place de Grève est à l'origine du mot "gréviste", sur la base d'un contresens : il s'agissait de concentrations d'ouvriers qui ne travaillaient pas, mais qui étaient à la recherche d'un travail. Ils allaient en Grève (d'où l'expression : se mettre en grève).

Sous l'Ancien Régime, cette place servit aussi aux exécutions et aux supplices publics : Robert François Damiens, François Ravaillac entre autres y furent écartelés.