Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




samedi 26 décembre 2009

La tempête Lothar


Lothar est le nom donné par les météorologistes européens à la première des tempêtes de fin décembre 1999 en Europe (avec vents de force d'ouragan) qui a dévasté, dans la journée du 26 décembre 1999, les forêts de France, de Suisse, d’Allemagne et du Danemark, causant des dommages sans précédent avec des vents jusqu'à 259 km/h (Wendelstein en Allemagne près de la frontière suisse).

La tempête Lothar s’est développée à l’est de la Terre-Neuve durant la matinée du 25 décembre. Elle s’est déplacée rapidement, poussée par un fort courant-jet dans la matinée du 26 décembre, à une vitesse proche de 130 km/h. A l’approche des côtes du nord-ouest de la France, la tempête a ralenti pour atteindre 97 km/h avant de commencer une phase d’intensification rapide.
Cette bombe météorologique ne faisait que 300 kilomètres de diamètre, bien inférieur au diamètre de la majorité habituelle pour une dépression des latitudes moyennes. Son intensification rapide a engendré un gradient de pression interne comparable à ce que l’on observe dans les ouragans de Catégorie 2. Des vents exceptionnellement forts ont été enregistrés dans une zone de 150 kilomètres située au sud du centre de la dépression.

Avant la dissipation de Lothar, une nouvelle perturbation s'est créée près de l’endroit où Lothar s’était formé. Cette tempête, appelée Martin, a emprunté un trajet à 200 kilomètres au sud de Lothar. Ses vents étaient d’intensité maximale à l’approche des côtes françaises dans la soirée du 27 décembre comparables à celles de Lothar : 190 km/h sur les côtes et 158 km/h à l’intérieur des terres.

Selon les autorités des pays, on a dénombré pour Lothar 24 victimes en France et on estime à 6,4 milliards dollars US les pertes économiques (dont 4,2 assurés).
Près de 140 millions m³ de bois furent abattus soit l'équivalent d'un convoi ferroviaire ininterrompu d’Oslo à Gibraltar.