Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




jeudi 23 décembre 2010

Les petites histoires du débardeur

Les débardeurs Anvers
Le débardeur est un vêtement décolleté devant, dans le dos et sur les épaules ; c'est aussi un sous-vêtement.
Littéralement, le débardeur est l'ouvrier portuaire qui procède au débardage (ou débarde), c'est-à-dire qui décharge à quai toutes sortes de marchandises. Le vêtement tire donc son nom du fait qu'il reproduisait la forme des tricots des travailleurs des quais (dockers).
Un débardeur est également une personne travaillant dans une exploitation forestière et dont le travail consiste à transporter des arbres abattus de leur lieu de coupe vers une route ou un lieu de dépôt provisoire.


Il est familièrement appelé "marcel" en France. À la fin du XIXème siècle, les établissements Marcel, installés dans la région roannaise, créent leur tee-shirt et lui donnent leur nom. Durant la Première Guerre mondiale, ce que l’on appelle désormais le "marcel" est l’un des accessoires réglementaires du paquetage des poilus envoyés au front.


Débardeur Marcel Un tramway nommé désir Marlon Brando
En anglais, on le désigne sous le mot d'argot anglais wifebeater. L'expression est composée des mots wife (épouse) et beater (batteur), donc "batteur de femmes". Le terme wifebeater sert aussi à désigner, en Angleterre, la bière belge Stella Artois en raison du film de 1951 Un tramway nommé désir, où le personnage de Stanley Kowalski (Marlon Brando) abusait physiquement son épouse, Stella (Kim Hunter). Certains arguent que le mot "wifebeater" découlerait justement du personnage violent interprété par Brando.


Le débardeur est aussi un costume féminin du Carnaval de Paris et un personnage typique du Carnaval de Paris. Jusqu'au XIXe siècle inclus, en dehors de la période du Carnaval, une femme à Paris n'a pas le droit de s'habiller en homme. Pour pouvoir porter un pantalon en dehors de cette période elle doit bénéficier d'une autorisation d'un commissaire de police, délivrée sur la foi d'une ordonnance médicale attestant qu'elle en a besoin pour raisons médicales. Durant très longtemps les formes féminines sont très largement dissimulées par les vêtements. Ainsi les fesses, cuisses, jambes et mollets sont en temps normal complètement cachés par la robe et trois épaisseurs de jupons. 
Gavarni Place Saint George Paris
Une débardeuse était donc une femme ou jeune fille vêtue d'un débardeur ou pantalon, de préférence particulièrement moulant. Ce personnage est ressenti comme très érotique.
Le dessinateur Paul Gavarni s'est fait une spécialité de la représentation des débardeurs. On peut en voir un sculpté en bas-relief sur le socle du monument élevé à sa mémoire place Saint-Georges à Paris.