Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




mercredi 8 décembre 2010

La différence entre un navet et un nanar ?

Un nanar est, dans le langage familier, un film tellement mal réalisé et ridicule qu'il en devient involontairement amusant et comique.
Normalement, le nanar diffère du navet par son aptitude à divertir. Le nanar amuse par ses défauts, tandis que le navet est simplement mauvais et ennuyeux.


Selon Bernard Pivot, le terme nanar serait en fait dérivé de navet, qui daterait lui-même d'avant même l'invention du cinéma : on l'utilisait au XIXe siècle dans les salons pour désigner des tableaux de peu de valeur ou des œuvres littéraires ennuyeuses. 


Selon le dictionnaire Le Robert, le terme nanar date bien du XIXe siècle mais s'orthographiait alors nanard. Il ne dériverait pas de navet mais de l'ancien mot d'argot panard signifiant vieil homme. Un nanard est donc aussi à l'origine une vieille "croûte" (une vieille personne étant d'ailleurs parfois surnommée un "vieux croûton"), une œuvre que l'on trouve mauvaise et risible car elle est désuète. Ce dernier point est parfois pris en compte, des dictionnaires traduisant nanar par mauvais car démodé (ce qui n'est pas toujours faux d'ailleurs...).


On peut aussi employer le mot nanar comme adjectif dans tout ce qui est drôle car mauvais. Par exemple, parler d'un livre nanar pour un livre qui fait rire parce qu'il est très mal écrit. Dans de nombreuses régions (notamment en Franche Comté), ce mot est rentré dans l'argot des jeunes pour décrire les situations improbables et ridicules. Il est aussi utilisé pour parler de personnes un peu bêtes (avec parfois une drôle d'attitude) et qui nous semblent malgré tout sympathiques.


Navet - Statue d'Apollon du Belvedere
Concernant l'origine du mot navet, Claude Duneton, dans son ouvrage La Puce à l'oreille, tend à établir un lien entre ce terme et une statue antique d'Apollon située dans le jardin du Belvédère à Rome. Selon Duneton, à la fin du XVIIIe siècle, les jeunes étudiants en art de passage dans la capitale italienne, agacés par les concerts de louanges entretenus autour de l'œuvre, la nommèrent "le navet épluché", eu égard "à la forme allongée et lisse de ses membres, dont la musculature n'apparaissait pas". La plaisanterie gagna Paris lorsque l'œuvre y fut transférée en 1798 lors des campagnes napoléoniennes. Le terme de navet s'appliqua progressivement non seulement aux sculptures, mais aussi aux dessins et peintures dont on désirait contester la qualité. Il passa au XXe siècle de la toile peinte à l'écran de cinéma.