Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




jeudi 10 février 2011

Les origines des « fortune cookies »

Fortune cookie biscuit chinois
Un "fortune cookie" (ou biscuit chinois au Canada) est une confiserie, servie dans les restaurants chinois aux États-Unis et au Canada, dans laquelle est insérée un petit morceau de papier où l'on peut lire une prédiction ou une maxime, souvent humoristique.
Son origine est controversée - à tel point qu'elle a donné lieu à un vrai-faux procès entre les villes de Los Angeles et San Francisco en 1983.
Voici les différentes hypothèses. Les "fortune cookies" auraient été :
- inventés vers 1915 par Makoto Hagiwara, architecte paysagiste japonais et propriétaire d'un jardin de thé à San Francisco, à l'occasion d'une exposition ;
- inventés vers 1920 par un pâtissier cantonais de Los Angeles, David Jung, pour réconforter les sans-abri selon les uns, pour promouvoir son commerce de nouilles selon les autres ;
- inspirés par les tsujuira senbei, sorte de sablés japonais dans lesquels sont pliés de nos jours des petits billets à l'intention des amoureux ;
- inspirés par l'exemple des soldats chinois, qui auraient communiqué entre eux au moyen de messages inscrits sur du papier de riz et dissimulés dans des yuèbĭng, sorte de gâteaux faits de pâte de graines de lotus, lors d'une insurrection contre les Mongols au XIIIe siècle.

Quoi qu’il en soit, l'invention des "fortune cookies" fut une aubaine pour les restaurants chinois où, contrairement aux mœurs américaines, on ne servait pas traditionnellement de desserts. Servis avec le thé ou accompagnant l'addition, ces biscuits sont préparés selon une recette toute simple avec de la farine, des œufs, du sucre et de l'eau. Les premiers "fortune cookies" étaient confectionnées à la main à l'aide de baguettes. Tandis que ce procédé de fabrication se perpétue dans les arrière-boutiques du Chinatown de San Francisco, les "fortune cookies" sont désormais fabriqués mécaniquement par une centaine de firmes spécialisées. L'un des plus gros fabricants, la Wonton Food Company de Brooklyn, en produit quatre millions par jour (chiffre de 2004). L'exportation et la fabrication se répandent de plus en plus dans d'autres pays. En 1992, la Wonton Food Company introduisit les "fortune cookies" en Chine sous le label "Authentiques fortune cookies américains".