Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




samedi 9 octobre 2010

L'origine de l'expression "Au temps pour moi"

Selon l'Académie française, "au temps" est une expression militaire signifiant qu'un des soldats n'était pas dans le temps en faisant un mouvement. L'opération devait donc être reprise depuis le début. Les saluts militaires avec des armes pouvant être très compliqués, une hésitation de quelques soldats dans un peloton donnait immédiatement une impression de chaos.
Au sens figuré, "au temps pour moi" signifie que celui qui parle reconnaît que la faute vient de lui. L'expression est généralement suivie par la correction de l'erreur, si elle n'a pas déjà été exprimée.
"Je crois que j'ai dix euros. Au temps pour moi, j'en ai douze."


L'Académie française ne se prononce pas sur le moment où le sens (militaire) de "Au temps pour moi" aurait glissé vers celui de "Je me suis trompé". Si la graphie de "Autant pour moi" est aussi courante aujourd’hui, c'est bien parce que l’origine de cette expression n’est plus comprise. L'article "Au temps pour moi ou autant pour moi ?" est l'un des plus consultés du site langue-fr.net
Selon l'Académie française, "rien ne justifie" la graphie de Autant pour moi mais celle-ci est défendue par certains hommes de lettres et certains grammairiens. Par exemple, Claude Duneton expose dans un article plusieurs théories en parallèle. Il commence par affirmer que l'expression "au temps" dans son sens propre n'est pas utilisée par les militaires. Selon lui, l’expression doit se comprendre comme "Je ne suis pas meilleur qu'un autre, j'ai autant d'erreurs que vous à mon service : autant pour moi". Claude Duneton croit trouver un argument en faveur de "Autant pour moi" dans l’expression idiomatique anglaise "so much for". Ce qu'il considère comme son argument ultime est la présence dans le dictionnaire des Curiositez françoises de 1640 de l'expression "autant pour le brodeur" décrite comme "raillerie pour ne pas approuver ce que l'on dit".