Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




vendredi 22 octobre 2010

L'histoire de la rue de la Gaîté et du théâtre Bobino

Rue de la Gaîté
La rue de la Gaîté (originellement Gaieté) est une rue du sud de Paris, dans le 14e arrondissement. Cette rue se situait au début du XIXe siècle, à l'extérieur de l'ancienne barrière fiscale du mur des Fermiers généraux, dont il subsiste des vestiges à proximité, place Denfert-Rochereau. Les débits de boisson se tenaient à l'extérieur de cette barrière pour échapper aux taxes, sur le vin notamment, qui étaient perçues par l'Octroi de Paris. Elle abritait les guinguettes de Montparnasse : des bals et des restaurants dont sous l'Empire, un plus fameux que les autres, le restaurant Richefeu, au numéro 1, sur trois étages, où les prix descendaient à mesure que l'on montait.


Le quartier garde encore aujourd'hui la trace de ces lieux de plaisir et de "gaîté" avec de nombreux théâtres, des restaurants et des sexshops et le fameux music-hall Bobino au n° 20. Celui-ci doit son histoire à une simple baraque en planches de bois du jardin du Luxembourg, au bout de la rue de Fleurus, appelée Théâtre du Luxembourg, où se produisait dans les années 1810 un clown-prestidigitateur italien nommé BobinoMais c’est en 1873 que la salle de la rue de la Gaîté est construite. 
Bobino
Successivement guinguette et café-concert, elle devient music-hall au lendemain de la Première Guerre mondiale. Après avoir été un haut lieu du monde du spectacle parisien pendant un demi-siècle (on peut signaler en particulier le triomphe de Barbara, le 15 septembre 1965, qui sera à l’origine d’un de ses grands succès : Ma plus belle histoire d’amour), la salle connaîtra la fermeture en 1983, un passage au statut de boîte de nuit entre 1987 et 1991, puis la réouverture en 1991 sous le nom de Studio Bobino (Philippe Bouvard en était alors le propriétaire). Le nouveau maître des lieux, Gérard Louvin, a transformé la salle en dîner-spectacle début 2007 ; encore rebaptisée, la salle se nomme à présent Bobin’o. Le cabaret redevient en avril 2009 une salle de spectacles.