Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




dimanche 31 octobre 2010

L'annonce du 30 octobre 1938

Orson Welles et le Mercury Theatre
En 1938, après avoir fondé avec John Houseman le Mercury Theatre, Orson Welles est engagé par la radio CBS pour réaliser, avec la troupe du Mercury, des adaptations radiophoniques d'œuvres littéraires. L'émission intitulée "Mercury Theatre on the air" met en ondes des pièces du dramaturge anglais, ainsi que de nombreux romans, dont L'île au trésor de Robert Louis Stevenson, Jane Eyre de Charlotte Brontë, Jules César de Shakespeare et La Splendeur des Amberson, lequel sera son deuxième long-métrage. L'expérience dure vingt et un mois, avec, en point d'orgue, le lundi 30 octobre 1938, veille d'Halloween.


Welles souhaite adapter une œuvre de science-fiction et propose aux adaptateurs de la radio Le nuage pourpre de Shiel, Le monde perdu de Arthur Conan Doyle avant d'arrêter son choix sur La Guerre des mondes de HG Wells. Devant le refus des adaptateurs qui trouvent le roman trop faible, Welles décide de travailler seul à l'adaptation du roman. Il décide alors d'utiliser systématiquement le mode de la première personne, de sorte que les intervenants donnent l'impression de vivre les événements en direct. Lorsqu'Orson Welles débute son émission, il précise, comme il le fait chaque fois, qu'il s'agit d'une adaptation d'une œuvre littéraire.


En dépit de cela, les auditeurs se mettent à croire à la véracité de l'attaque du pays par des extra-terrestres venus de Mars. Il faut rappeler qu'en 1938, la radio est un média de communication qui connaît un fort essor. Ainsi, son excellente mise en scène est écoutée par près de six millions d'auditeurs. Les conséquences sont multiples : la radio, les commissariats sont submergés d'appels de gens apeurés désirant connaître la vérité ou prétendant même avoir aperçu des Martiens. 


Article de presse du 1er novembre 1938
La panique n'a été relatée que le lendemain, puis durant une semaine dans la presse. André Bazin, dans son étude sur Welles, rappelle que le Ministère de l'Intérieur et le Président des États-Unis ont chacun à leur tour fait des communiqués dramatiques, amplifiant ce qu'il nomme "un extraordinaire phénomène de schizophrénie collective".
Selon certains auteurs l'ampleur de la panique aurait été considérablement exagéré au fil des années et des relations. Le sociologue Pierre Lagrange écrit dans son livre La guerre des mondes a-t-elle eu lieu ? qu'il y eut bien quelques rares cas particuliers d'affolement mais point d'hystérie collective...


Cette épisode participa fortement à la renommée du jeune Orson Welles et lui ouvra en grand les portes de Hollywood.