Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




mardi 6 octobre 2009

Pourquoi parle-t-on de bateaux-mouches

C'est à l'occasion de l'exposition universelle de 1867 à Paris que les premiers bateaux-mouches firent leur entrée dans la capitale.
À la suite d'un concours lancé par les organisateurs de l'exposition, le constructeur naval lyonnais Michel Félizat (associé à d'autres lyonnais) remporta le prix et achemina par la Saône, le canal de Bourgogne, l'Yonne et la Seine, une trentaine d'exemplaires de ses bateaux à passagers construits dans ses ateliers implantés dans le quartier de la Mouche au sud de Lyon (d'où leur nom).

Après la guerre, alors que le transport fluvial de voyageurs disparaissait au profit des transports terrestres (voies sur berges) ou souterrains (Métropolitains), Jean Bruel acquit un des derniers bateaux ayant été construits pour l’exposition universelle de Paris, afin de proposer des promenades touristiques sur la Seine. Il déposa la marque-dénomination Bateaux Mouches en 1950.


Afin de conférer une notoriété et une publicité suffisantes à sa nouvelle activité touristique sur la Seine, Jean Bruel inventa le personnage mythique de Jean-Sébastien Mouche, qu’il présenta comme le concepteur des Bateaux Mouches.
Avec l’accord de ce dernier, le journaliste et écrivain Robert Escarpit rédigea une biographie de ce personnage imaginaire, dont il fait à la fois le collaborateur du baron Haussmann, le créateur d'un corps d'inspecteurs de la police spécialisés dans le renseignement et appelés « mouchards » et bien sûr l'inventeur des bateaux-mouches.
A l’occasion de la cérémonie d’inauguration de son nouveau bateau le 1er avril 1953, toute la presse évoqua cet événement insolite, acte fondateur d’une nouvelle activité touristique sur la Seine qui attira depuis des millions de visiteurs.
Ce canular a survécu pas mal de temps, et aujourd'hui encore il arrive qu'on s'y laisse prendre.