Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




lundi 22 mars 2010

Pourquoi les policiers sont-ils surnommés "poulets" ?

La langue française comprend de nombreux mots pour désigner la police, notamment en argot : poulet, poulaga, perdreau, flic, keuf (flic en verlan), coch (cochon), bœu (bœuf), schmidt, vache, condé, …

Voici l’origine du terme "poulet" :
Bonaparte, premier Consul, crée en 1800 la Préfecture de police de Paris, héritière de la Lieutenance générale (le préfet de police reprend les attributions du lieutenant général de police, institué par Louis XIV en 1667 pour exercer des pouvoirs de maintien de l'ordre auparavant dévolus au prévôt de Paris). Elle occupera jusqu'en 1871 l'ancien hôtel des Premiers Présidents du Parlement, au fond d'une rue étroite, la rue de Jérusalem (ainsi nommée parce qu'au Moyen-âge, les pèlerins qui partaient en Terre Sainte ou qui en revenaient, y trouvaient asile).

plaque quai des orfevresDurant la commune de Paris, les bâtiments de la rue de Jérusalem brûlent. En 1871, Jules Ferry met alors à disposition du Préfet de Police la caserne de la Cité, située quai des Orfèvres.
Cette caserne ayant été bâtie sur l'emplacement de l'ancien marché aux volailles de Paris, le sobriquet de poulet est alors donné aux policiers. L'expression s'est ensuite rapidement étendue à tout le territoire.

La caserne de la Cité ne connaît, par la suite, que peu de modifications, sinon d'importants travaux, en 1909, dus aux dégâts provoqués par le creusement du tunnel de la ligne n°4 du métro.
Pendant la guerre, elle est le théâtre d'événements historiques. Le 19 août 1944, les policiers parisiens y déclenchaient l'insurrection contre l'occupant qui allait conduire, une semaine plus tard, à la Libération de Paris.