Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




dimanche 12 septembre 2010

L'origine de l'US Open de tennis et anecdotes

West Side Tennis Club
Le premier championnat des États-Unis voit le jour en août 1881 à Newport, Rhode Island (concerne les hommes uniquement). En 1915, le tournoi est transféré au West Side Tennis Club à Forest Hills, une banlieue de la ville de New York et ce jusqu'en 1977. Il est temporairement organisé au Germantown Cricket Club de Philadelphie de 1921 à 1923 durant la rénovation du stade de Forest Hills.
Le simple dames se joue quant à lui pour la première fois en 1887 à Philadelphie, y demeurant jusqu'en 1920. En 1921, il déménage à Forest Hills (également jusqu'en 1977).


Stade Arthur Ashe
Depuis 1978, l'US Open de tennis se déroule à l'USTA National Tennis Center de Flushing Meadows, dans la ville de New York. En 1997, le Stadium Arthur Ashe ouvre ses portes. Il peut accueillir 23 500 spectateurs, et constitue le plus grand stade de tennis au monde.


Le tournoi s'y dispute sur gazon jusqu'en 1974, puis sur terre battue verte entre 1975 et 1977, puis sur Decoturf (composée d'acrylique, de caoutchouc, de silice, et d'autres composants de l'asphalte). Cette surface, d'une couleur verte ou bleue, est utilisée à l'US Open, ainsi que dans deux Masters Series : le Masters Series du Canada et de Cincinnati. Par rapport au Rebound Ace qui était utilisé à l'occasion de l'Open d'Australie jusqu'en 2007 (remplacé par le plexicushion depuis lors), la balle est un peu plus rapide, et avec un rebond légèrement moins haut sur Decoturf, ce qui explique que cette surface ait vu plus d'adeptes du service-volée s'imposer à New York qu'à Melbourne.


Il faut attendre la 23e édition (1903) pour voir un étranger, le Britannique Laurie Doherty, s'imposer à l'US Open. Il faudra attendre une nouvelle période de 23 ans pour voir une nouvelle victoire étrangère, celle du Français René Lacoste.


C'est le seul tournoi du Grand Chelem dans lequel les vainqueurs conservent le trophée. Dans les trois autres, les vainqueurs reçoivent une réplique à l'échelle 1/2 du trophée remporté.