Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




jeudi 25 juin 2009

L'opération Ajax en Iran

L’opération Ajax (officiellement TP-AJAX) est une opération secrète menée en Iran par le Royaume-Uni et les États-Unis en 1953, exécutée par la CIA pour mettre un terme à la politique nationaliste du Premier ministre d'Iran, Mohammad Mossadegh pour consolider le pouvoir du Chah, Mohammed Reza Pahlavi afin de préserver les intérêts occidentaux dans l'exploitation des gisements pétrolifères iraniens.

Plus tôt dans l'année, le gouvernement de Mohammad Mossadegh entreprend une série de nationalisations de compagnies pétrolières de la Anglo-Iranian Oil Company (AIOC). Ces nouvelles compagnies constatent une chute dramatique de productivité et conséquemment, des exportations. Sans réseau de distribution, le gouvernement iranien est rejeté des marchés par un blocus international pour forcer Mossadegh à la privatisation.

En planifiant l’opération, la CIA organise en parallèle une guérilla afin d’empêcher le parti communiste Tudeh de prendre le pouvoir dans le cas d'un échec de l’opération Ajax.
Le chef de l’opération Ajax était Kermit « Kim » Roosevelt, Jr., un agent senior de la CIA et petit-fils de l’ancien président des États-Unis Theodore Roosevelt.

L’opération Ajax a été le premier complot orchestré par la CIA pour renverser un gouvernement démocratiquement élu. Le succès de l'opération Ajax avec une logistique modique et son coût relativement faible a encouragé la CIA à mettre en œuvre une opération similaire au Guatemala un an plus tard.

Si durant l’administration du président américain Bill Clinton en 2000, la secrétaire d’État Madeleine Albright a reconnu officiellement le rôle des États-Unis dans l'organisation et le soutien financier du coup d’État de 1953, c'est Barack Obama qui est le premier président à reconnaitre l'implication de son gouvernement et à s'en excuser en 2009.