Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




vendredi 18 mars 2011

L’origine du mot « prud’homme »

Apparu au XIe siècle, le mot prud'homme provient de l’ancien français prodome composé de "preux homme" ou "prode homme", preux et prode provenant de la même racine latine prode dérivée du verbe latin prodesse : "être utile".
Le développement sémantique a suivi l'évolution historique, du sens de "homme vaillant, preux, type du parfait chevalier" à "homme de mérite, qui fait preuve de sentiments nobles" et "homme sage, avisé, d'expérience, reconnu compétent dans un domaine et pouvant être considéré comme un expert à ce titre".
Étienne Boileau (1200-1270), prévôt de Paris sous le roi Saint Louis cite l'arbitrage traditionnel des anciens, les "probi homines", hommes de valeur, prudents et de bon conseil. Le terme prud'homme s'appliquait alors aux "défenseurs du métier" qui intervenaient si un conflit surgissait entre artisans, il était tranché par leurs pairs : les prud'hommes.

Au Moyen-Âge et sous l'Ancien Régime, il a également existé des prud'femmes, dont le rôle était de défendre les intérêts des femmes. Dans la vie professionnelle, les femmes étaient présentes dans la quasi totalité des corporations, et pouvaient comme les hommes accéder au statut de maître (certains métiers leur étant réservés, comme le travail de la soie). Ainsi, les femmes participaient aux élections internes à certains métiers sous l’Ancien régime et désignaient ainsi des prud'femmes pour diriger certaines corporations professionnelles.