Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




mardi 7 juin 2011

L’origine de l’expression « Pleuvoir comme à Gravelotte »

L’expression "Pleuvoir comme à Gravelotte" (ou "ça tombe comme à Gravelotte") est une référence historique directe à la bataille de Gravelotte lors de la guerre franco-allemande de 1870. En effet, la commune Gravelotte, située dans le département de la Moselle, furent le siège de terribles combats en 1870, au point que les deux batailles de Rezonville le 16 août et de Saint-Privat le 18 août sont parfois englobées sous la dénomination de "bataille de Gravelotte".

Bataille de Gravelotte
La bataille opposa les 7e et 8e corps prussiens dirigés par le général von Steinmetz aux 2e et 3e corps français du maréchal François Achille Bazaine. Les Prussiens occupaient alors le village de Gravelotte et le côté ouest du ravin de la Mance, tandis que les Français se tenaient sur le côté est du ravin sur les hauteurs de Rozérieulles.
Durant les mouvements prussiens du 17, le génie français avait fortifié ses positions et les fermes avoisinantes du Point du Jour, Saint-Hubert et de Moscou. Les Prussiens rencontrèrent une vive résistance française, sans jamais réussir à déstabiliser l'organisation adverse. Au prix de pertes terribles, ils réussirent à prendre la ferme de Saint-Hubert. La nuit mettra fin au carnage. On déplora près de 5.300 morts et 14.500 blessés du côté prussien et 1.200 morts, 4.420 disparus et 6.700 blessés du côté français. Malgré l'indécision des combats, l'armée française choisit alors d'abandonner le terrain pour se réfugier à Metz.
Cette bataille marqua un tournant de la guerre, avec la destruction de l'une des deux armées françaises, celle du Rhin, et le début du siège de Metz, qui capitulera le 27 octobre. Ce fut également la dernière bataille occidentale où la cavalerie (emmenée par le Général Michel Baud) eut un rôle important à jouer.

On ne sait précisément si ce fut la densité du tir des armes à feu et des canons ou le nombre de soldats tombés sur le champ de bataille qui donna naissance à cette expression aujourd’hui employée pour indiquer qu’il pleut ou qu’il grêle énormément.