Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




jeudi 1 juillet 2010

Qu’est-ce que la fête du déménagement ?

La Fête du déménagement ou journée nationale du déménagement est un phénomène social québécois. Chaque année, entre 200.000 et 250.000 ménages québécois changent de domicile le 1er juillet — jour de la fête du Canada.


L'origine du phénomène date de 1974. L'Assemblée nationale du Québec vote une loi abrogeant certaines dispositions du "Code civil du Québec" qui fixait le 1er mai comme date d'échéance des baux résidentiels, échéance qui était inscrite dans le droit civil depuis 1866 et s'est maintenue en l'état pendant plus d'un siècle.
Le projet de loi laissait aux seuls propriétaires et aux locataires le soin de convenir de la date d'échéance du bail. Cependant, les dispositions transitoires de la loi prévoyaient la prolongation automatique des baux venant à échéance le 30 avril ou le 1er mai 1975 pour les prolonger jusqu'au 30 juin 1975. 
La mesure a été bien accueillie par de nombreux Québécois puisqu'elle évitait aux familles les problèmes liés au transfert des enfants d'une école à l'autre à quelques semaines de la fin de l'année scolaire.


Depuis, les Québécois et en particulier ceux des villes où les locataires sont fortement majoritaires — 65% à Québec et 75% à Montréal — ont pris l'habitude de faire coïncider l'entrée en vigueur des baux avec le 1er juillet.
Le nombre de déménagement a connu une chute vers la fin des années 2000. Hydro-Québec (société responsable de la production, du transport et de la distribution de l'électricité au Québec) en a enregistré environ 100.000 en 2009.


Bien que la mesure législative ayant favorisé la mise en place de la fête du déménagement ait été votée par une législature très majoritairement fédéraliste, un certain nombre de gens voient dans cette coutume des motivations d'ordre politique et prétendent que la population manifeste ainsi son indifférence à l'égard de la Fête nationale du Canada, les célébrations de la fête nationale canadienne étant beaucoup moins courues au Québec que celles de la Fête nationale du Québec le 24 juin.