Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




samedi 31 décembre 2011

L'origine de la tradition de s'embrasser sous une branche de gui

En Europe du Nord (y compris en France) et en Amériques du Nord, il est d'usage de s'embrasser sous une branche de gui, symbole de prospérité et de longue vie au moment des fêtes de Noël et du jour de l'an (à minuit précisément). 
La saison voulant que le gui abonde, on en cueillait pour l'offrir avec ce souhait : "Au gui l'an neuf", formule qui fut remplacée plus tard par "Bon an, mal an, Dieu soit céans" (soit dans la maison). 


Gui


Tradition gauloise par excellence, les druides considéraient cette plante comme sacrée en raison de la longévité des feuilles, de leurs vertus médicinales, ou même miraculeuses, qu'ils lui attribuaient. Le gui était un talisman qui chassait les mauvais esprits, purifiait les âmes, guérissait les corps, neutralisait les poisons, assurait la fécondité des troupeaux, permettait même de voir les fantômes et de les faire parler. 
C'était le gui cueilli sur le chêne – chose rare – qui était recherché. Le chêne était l'arbre du soleil qui symbolisait la force et la puissance. Le Gui était l'arbuste de la lune. 


Baiser gui


La couronne de gui suspendue à l'intérieur de la maison était ainsi censée porter bonheur, et les habitants embrassaient leurs visiteurs pour leur porter chance et prospérité. Les couples qui s'embrassent sous le gui seront mariés dans l'année, et ce baiser serait un présage de bonheur et longue vie.